La découverte des virus Khosta remonte à 2020, près de Sotchi en Russie.
La découverte des virus Khosta remonte à 2020, près de Sotchi en Russie. ©Getty - Aitor Diago
La découverte des virus Khosta remonte à 2020, près de Sotchi en Russie. ©Getty - Aitor Diago
La découverte des virus Khosta remonte à 2020, près de Sotchi en Russie. ©Getty - Aitor Diago
Publicité

Le virus n'a pas été isolé et on ne sait pas s'il peut passer à l'homme. Il est donc prématuré de s'en inquiéter. Dans le reste de l'actualité scientifique, les garçons meilleurs que les filles en mathématiques, l'apparition d'une île et le scénario de formation de l'astéroïde Ryugu.

Tout démarre en 2020. Des scientifiques russes découvrent deux virus, ou plutôt deux séquences de virus dans des chauves-souris, près de Sotchi, nommés Khosta 1 et Khosta 2. Ils appartiennent au sous-genre des Sarbecovirus, le même que le SARS-Cov-2, mais d’un autre clade. Ce sont des virus cousins en somme. Les chercheurs russes ont montré que le virus Khosta-1 était présent chez 14 % des virus de chauve-souris et 1 % pour Khosta-2.

Cette fois, il s’agit de travaux américains. Ces scientifiques ont repris une partie de ces séquences, notamment celle de la Spike, la protéine de spicule, qui permet au virus d’entrer dans les cellules. Il s’avère que le spicule de Kosta-2 a une capacité potentielle d’infecter les cellules humaines, in vitro c'est-à-dire en laboratoire, mais ce n’est pas le cas de Kosta-1. Ensuite, ils ont étudié la sensibilité du spicule aux anticorps produits par les vaccins SARS-COV-2. Et il s'avère que peu d'anticorps neutralisent Khosta-2.

Publicité

Est-ce étonnant ? Ces virus représentent-ils une menace et pourquoi les étudier ? Entretien avec Olivier Schwartz est directeur de l’unité Virus et Immunité à l’Institut Pasteur.

LES MATINS DE CULTURE - 852 JDS /02 ITW Olivier Schwartz edit

1 min

Les garçons deviennent meilleurs que les filles en mathématiques dès le CP

C’est un constat réalisé par l'INED, l'Institut national d'études démographiques, et la première étude à pointer le moment précis où s’opère ce changement, qu’on retrouve plus tard, les carrières impliquant les mathématiques et techniques sont bien plus choisies par les hommes que les femmes.

Dans cette étude, les chercheurs ont fait passer des tests d’évaluation en mathématiques et en langage, en moyenne section puis en CP, à plus de 12 000 petits Français et Françaises.

Résultat, il y a une inversion des performances entre les deux classes. En moyenne section de maternelle, les filles étaient légèrement meilleures en mathématiques que les garçons. Mais en CP, les mêmes élèves montraient un écart cette fois très nettement en faveur des garçons.

En revanche, les performances du langage ne s’inversent pas, elles sont meilleures chez les filles dans les deux classes. Il y a donc une évolution spécifique dans le domaine des mathématiques. Reste maintenant à savoir pourquoi… Sans émettre un lien de causalité, une étude parue dans Science en 2017, c’est à cet âge-là, à 6 ans, que les filles intègrent des stéréotypes selon lesquels elles seraient moins intelligentes que les garçons.

Une île volcanique est apparue ou plutôt réapparue

Cela fait suite à l’éruption du volcan Home Reef des îles Tonga. C’est un volcan sous-marin explosif. En éruption depuis le 10 septembre dernier, il envoie des panaches de vapeur à 1 km dans l’atmosphère. Des chercheurs des Tonga Geological Services ont estimé la superficie de l’île à 4000 mètres carrés et l’altitude à 10 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Ce n’est pas la première fois que cette île sort de l’eau. Ce phénomène s’est déjà produit lors de précédentes éruptions, en 1852, en 1857. En 1984, et la dernière en date, en 2006. Les éruptions de 1984 et 2006 avaient même généré des falaises de 50 à 70 mètres de haut qui renfermait un cratère rempli d’eau. On parle donc d’île éphémère. Elle se forme, puis s’érode. Reste à savoir combien de temps cette petite île restera visible, avant de replonger sous les eaux.

58 min

Des échantillons de l'astéroïde Ryugu nous informent sur sa formation et son évolution

Ces échantillons proviennent de la mission japonaise Hayabusa-2, lancée en 2014. Les chercheurs l’ont initialement choisi parce qu’il visait un astéroïde le plus noir possible, pour qu’il soit riche en matière carbonée. Et les analyses des échantillons ont permis aux chercheurs de cette collaboration internationale de proposer un scénario de sa formation.

Tout d’abord, il présente des petites gouttes de liquide piégées dans les minéraux. Il s'agit d'eau avec du CO2 c'est-à-dire de l’eau gazeuse. Cette information, associée à la mesure de son champ magnétique, indique que cet astéroïde s'est formé à une distance lointaine et froide de notre étoile, beaucoup plus loin que là où se trouve Ryugu actuellement. En revanche, on y trouve aussi des minéraux formés à très haute température démontrant que de la poussière a voyagé vers les régions lointaines du système solaire.

Cela veut dire plusieurs choses : d’abord, que les astéroïdes ont pu se former à des distances beaucoup lointaines que là où ils se trouvent aujourd'hui, c’est-à-dire entre Mars et Jupiter, puis “se déplacer” vers des orbites plus internes, proches de la Terre. Il y a donc des transports de matière à longue distance à travers le système solaire. Une formation, il y a plus de 4 milliards d'années, bien plus complexe et chahutée qu’on le pensait jusqu’à présent.

58 min

Merci à Olivier Schwartz, Mathieu Roskosz et Rosario Brunetto pour leurs précieuses explications

Pour aller plus loin

Khosta 2 : pourquoi il ne faut pas s'inquiéter du nouveau Coronavirus découvert en Russie (Le Figaro)

[Mathématiques : pourquoi l'écart de niveau s'inverse-t-il au CP en faveur des garçons ?](Mathématiques : pourquoi l'écart de niveau s'inverse-t-il au CP en faveur des garçons ?) (Sciences et Avenir)

Une éruption volcanique fait naître une île dans l’océan Pacifique (Le Point)

Formation et évolution de l'astéroïde carboné Ryugu (CNRS)