.
.
. - Credit : NASA-JPL/Caltech
. - Credit : NASA-JPL/Caltech
. - Credit : NASA-JPL/Caltech
Publicité
Résumé

Les performances de l’instrument SPIRou pour la compréhension de la formation des planètes et autres actualités scientifiques.

En savoir plus

Une étude parue aujourd’hui dans la revue MNRAS a mesuré pour la première fois la densité d’une très jeune exoplanète. Une équipe internationale, dont des chercheurs du CNRS et du CNES, a utilisé l’instrument SPIRou : un chasseur d’exoplanètes, et plus précisément, un spectropolarimètre haute résolution pour le télescope Canada-France-Hawaï. Les chercheurs l'ont utilisé pour étudier AU Microscopii (AU Mic), une très jeune naine rouge, à 32 années-lumière de la Terre, vieille de seulement 22 millions d’années. Une étoile qui vient de naitre et qui est donc extrêmement active. Très proche d’elle orbite AU Mic b, une géante gazeuse tout aussi jeune. SPIRou vient d’en révéler sa masse et sa densité. AU Mic b a une masse et une densité similaires à celles de Neptune. C’est la première fois que l’on parvient à mesurer la densité interne d’une très jeune exoplanète, de moins 200 millions années. Les capacités spectropolarimétriques de SPirou ont permis de corriger les perturbations de vitesse radiale, provoquées par l’activité magnétique de l’étoile. Ces résultats sont importants car ils nous permettent de mieux comprendre l’impact des champs magnétiques sur la formation des planètes et sur l’évolution des étoiles.

La fonte des glaces s'accélère à un rythme record

Selon une étude parue dans The Cryosphere, sur toute la planète, la fonte des glaces s'accélère à un rythme record. Une équipe britannique a étudié 23 années d’observations satellitaires pour évaluer la fonte des glaces partout dans le monde, des glaciers de montagnes aux calotte polaires. Entre 1994 et 2017, le taux de perte de glace s'est accéléré de 65%. En une vingtaine d’années, nous avons perdu 28 trillions de tonnes de glace. Cela correspond aux pires scénarios du GIEC. Le réchauffement de l’atmosphère et des océans sont responsables de cette fonte accélérée. Cela aura des conséquences graves sur l'élévation du niveau de la mer mais aussi sur les ressources en eau douce puisque les glaciers de montagne sont également concernés.

Publicité

Une population hybride Néandertal-Homo Sapiens ?

Une étude parue dans The Journal of Human Evolution a peut-être identifié les fossiles d’une éventuelle population hybride Néandertal-Homo Sapiens. Ce sont treize dents qui ont été découvertes au début du XXème siècle, sur le site paléolithique de l’ile Jersey. On pensait que ces dents appartenaient à un seul individu, à un Néandertalien. Cette équipe anglaise montre qu’elles appartiennent en réalité à au moins deux adultes, et elle apporte de nouvelles datations. Ces fossiles sont vieux de 48.000 ans. Or, les Néandertaliens ont disparu il y a environ 40.000 ans. De plus, cette dentition affiche des caractéristiques néandertaliennes, mais aussi des caractéristiques humaines. Peut-être est-ce un croisement de Néandertaliens et d’Homo sapiens ? Les chercheurs vont extraire de l’ADN ancien de ces dents,  afin de confirmer - ou d’infirmer - cette hypothèse.

Le dialecte de rats-taupes nus

Enfin, selon une étude parue dans la revue Science, les communautés de rats-taupes nus ont leur propre dialecte. Sans poils, aveugle et sourd, le rat taupe nu est l’une des rares espèces de mammifères à vivre dans de grandes colonies, composées d’ouvriers, et sous le contrôle d’une seule reine reproductrice, comme chez les fourmis et les abeilles. Lorsqu’ils se rencontrent, ces rongeurs émettent de petits cris aigus. Une équipe allemande a analysé 36.000 enregistrements de couinements, d’une centaine d’animaux, de sept colonies différentes. Chaque colonie possède en fait son gazouillis spécifique, comme les accents ou les dialectes humains. Un animal reconnait le dialecte de son propre groupe. De plus, les rats-taupes nus imitent les cris de la reine de leur colonie. Voici donc la première preuve d’une transmission culturelle d’un dialecte chez le rongeur.

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production