La météorite de Winchcombe nous renseigne sur l'arrivée de l'eau sur Terre

En février 2021, un astéroïde s'est écrasé dans le nord de l'Angleterre. Le plus gros morceau du côté de la petite ville Winchcombe.
En février 2021, un astéroïde s'est écrasé dans le nord de l'Angleterre. Le plus gros morceau du côté de la petite ville Winchcombe. ©Getty - CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO LIBRARY
En février 2021, un astéroïde s'est écrasé dans le nord de l'Angleterre. Le plus gros morceau du côté de la petite ville Winchcombe. ©Getty - CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO LIBRARY
En février 2021, un astéroïde s'est écrasé dans le nord de l'Angleterre. Le plus gros morceau du côté de la petite ville Winchcombe. ©Getty - CHRISTOPH BURGSTEDT/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité

Cette météorite est une chondrite carbonée, un type de météorite contenant de l'eau. Dans la suite de l'actualité scientifique, plus d’un milliard de 12-34 ans exposés à des risques de surdité, un tunnel découvert près d’un temple en Egypte, certains poissons se nourrissent de leur progéniture.

Winchcombe, du nom d’une petite ville anglaise, située au sud de Birmingham, là où cette météorite a été récupérée. Et c’est une histoire un peu particulière car cette découverte n’aurait pas pu se faire sans l’aide des citoyens et citoyennes…

Il faut savoir qu’on ne détecte que rarement des météorites, donc pour être sûrs de ne pas en louper, on utilise un réseau de caméra piloté par la France appelé FRIPON. Des caméras qui détectent bien ces bolides mais qui ne permettent pas d’estimer précisément là où les météorites vont tomber… Et c’est là où les sciences participatives entrent en jeu.

Publicité

Le matin du 1 mars 2021, un homme aperçoit dans son allée un amoncellement de cailloux, écrasés et noirs… L’homme curieux, décide de se renseigner et découvre qu’une météorite a fendu le ciel la veille… Il contacte alors le British muséum et une équipe de scientifiques est dépêchée sur place… ce qui a permis de récupérer extrêmement rapidement cette météorite et d’éviter ainsi qu’elle ne soit contaminée par le sol terrestre… C’est la seconde météorite à avoir été trouvée de cette manière depuis la mise en place du réseau FRIPON mais c’est la première à être aussi importante.

Car cette publication, dont le découvreur citoyen et sa famille sont coauteurs, révèle que cette météorite est une chondrite carbonée. C’est un type particulier de météorites, arraché à un astéroïde lui-même formé il y a 4.5 milliards d’années… et la particularité de ces chondrites est de contenir de l’eau… C’est un témoin du début de la formation du système solaire et une explication potentielle de l’arrivée de l’eau sur la Terre.

Entretien avec Brigitte Zanda, météoritologue au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Observatoire de Paris et co-autrice de l’étude.

LES MATINS DE CULTURE - 852 JDS /02 ITW Brigitte ZANDA mono

1 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Si vous apercevez ce que vous croyez être une météorite ou que vous souhaitez participer à leur recherche, il faut se rendre sur le site du programme de sciences participatives Vigie-Ciel.

La Méthode scientifique
58 min

Plus d’un milliard de jeunes pourraient être exposés à des risques de surdité

C’est le résultat de la première méta-analyse sur le sujet. Au total, les chercheurs de l'université de Caroline du sud ont analysé une trentaine d’articles. La moitié concerne des écoutes au casque ou écouteurs et l’autre moitié, la fréquentation de lieux bruyants, comme des salles de concert, boîtes de nuit et bars.

Résultat, ils estiment qu’un quart des 12-34 ans sont exposés à des risques de surdité à cause des écouteurs et des casques, au-dessus de 80 décibels, et 50 %, la moitié à cause de lieux bruyants… Ce qui ramené à la population générale expose jusqu’à 1.350.000 personnes de cette tranche d’âge à une atteinte auditive, soit la moitié des adolescents et jeunes adultes de la planète.

La Science, CQFD
58 min

Un tunnel découvert près d’un temple en Egypte

Il est proche du temple de Taposiris Magna, à l'ouest d'Alexandrie, construit sous le règne de Ptolémée IV, environ 200 ans avant notre ère. Le tunnel creusé à treize mètres sous terre, s’étend sur 1,3 kilomètre de long, sur deux mètres de hauteur. Sa particularité est de ressembler furieusement à un autre tunnel, celui d’Eupalinos situé en Grèce qui est considéré par certaines archéologues comme l’un des plus grands exploits d'ingénierie de l'antiquité.

Ce tunnel servait à irriguer la ville en eau, à l’époque où la cité abritait plus de 15.000 personnes. Plusieurs poteries ont été découvertes, ainsi que deux têtes en albâtre, dont l’une d’entre elles représente un roi, sans qu’on ne connaisse pour l’instant son identité.

La Fabrique de l'Histoire
52 min

Certains poissons se nourrissent de leur progéniture

Et cela part d’un “bon sentiment” entre guillemets, puisque les femelles de l'espèce Burtoni, de la famille des cichlidés, les mettent dans leur gueule pour les protéger… Le problème, si l’on peut dire, c’est que puisque qu’elles gardent les œufs et les petits dans leur bouche pendant plus de deux semaines… Elles ne peuvent pas chasser et ne peuvent donc pas s’alimenter… Ce qui entraîne tout un tas de conséquences… Notamment une sous-alimentation et donc une perte de poids.

Et pour estimer si ces femelles mangent leurs petits, ces chercheurs de l’Université du Michigan ont étudié d’une part une trentaine de poissons en train de couver et d’autre part, une trentaine auxquels les chercheurs ont retiré les œufs. Résultat, deux fois moins de petits chez les femelles les gardant dans la bouche et ces femelles consomment jusqu’à la moitié de leur couvée. Selon les auteurs, couver les œufs provoque un stress oxydatif chez ces femelles… Et augmente les risques de ne pas pouvoir se reproduire à nouveau à l’avenir… Mais seulement au début de leur couvée… Avant qu’elles ne s’en nourrissent. Il est donc plus avantageux pour l’espèce de manger et donc perdre une partie de la progéniture plutôt que de mourir après ce cycle de reproduction.

Merci à Brigitte Zanda pour ses précieuses explications

Pour aller plus loin

L’étude sur la météorite de Winchcombe (Science Advances, en anglais)

L’étude sur le risque de surdité des 12-34 ans (BMJ Global Health, en anglais)

La musique menace l'audition de près de la moitié des adolescents et des jeunes adultes (Science Alert, en anglais)

Egypte : un vaste tunnel creusé dans la roche découvert sous un temple près d'Alexandrie (GEO)

L’étude sur les femelles Burtoni (Biology Letters, en anglais)

Les poissons qui gardent leurs petits dans leur bouche les mangent parfois (New Scientist, en anglais)

L'équipe