.  ©Getty - michel Setboun / Contributeur
. ©Getty - michel Setboun / Contributeur
. ©Getty - michel Setboun / Contributeur
Publicité
Résumé

La grande enquête épidémiologique de l'Inserm ; étudier Vénus sur la Lune ; et autres actualités scientifiques de la semaine.

En savoir plus

Le COVID-19 exacerbe les inégalités sociales

EpiCov, la grande enquête de l’ INSERM est parue aujourd’hui. Selon cette étude, le COVID-19 exacerbe les inégalités sociales. Cette étude, conduite en mai sur un échantillon représentatif de plus de 135 000 personnes, nous documente sur une perspective épidémiologique - avec es tests sérologiques-  et nous renseigne en même temps sur les conditions de vie des personnes. C'est à à ce sujet, l’enquête la plus complète à ce jour : elle donne une vue globale de l’épidémie dans toute sa complexité. Tout d'abord, elle confirme qu’en mai seul 4,5 % de la population à échelle nationale a été touché par le virus. Mais selon où vous vivez, la prévalence n’est pas la même. Par exemple : dans le département de la Seine saint Denis, cette prévalence atteint les 11 %.  Ensuite, elle confirme également que l’épidémie touche d’abord les plus mal logé, les plus précaires, les professions essentielles,  mais aussi les plus riches.

Entretien avec Nathalie Bajos, directrice de recherche à l’Inserm, est  co-responsable de  l’enquête Epicov.  

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Nathalie Bajos

2 min

4 min

Des fragments de Venus sur la Lune?

Pour étudier Venus – pour comprendre si cette planète a eue une atmosphère similaire à la nôtre, ou s’il y a eue des océans liquides à sa surface, il n’y a pas besoin d’aller très loin... Selon une étude à paraitre dans la revue The Planetary Science Journal : il pourrait il y avoir des fragments de Vénus sur la Lune. Ce sont les conclusions de cette équipe américaine. On sait que les impacts d’astéroïdes se sont produits plus fréquemment sur Vénus il y a des milliards d’années. Selon cette prépublication, de la matière de Venus a pu être éjecté de la planète par des météorites, puis se mettre en orbite autour du soleil, pour ensuite, au fil des années, arriver au niveau de l’orbite de la Terre et donc, tomber sur la Lune.  Grâce à des analyses isotopiques de roches lunaires, on pourrait déterminer leur origine - si ces roches viennent de Vénus- et si c’est le cas, en savoir plus sur l’histoire géologique de cette planète. 

Entretien avec Léa Griton , docteure en astrophysique à l'IRAP de Toulouse ,  et membre du comité de rédaction de la revue Astronomie

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS LEA GRiton

1 min

En bref

- Des règles irrégulières liées à un risque accru de décès avant l'âge de 70 ans, selon BMJ

- TaData : l’application qui rémunère les jeunes contre leurs données autorisée par la CNIL

- Nous évoluons encore : de plus en plus d'humains développent une artère supplémentaire dans le bras 

- La CoVid19 perturbe les services de santé mentale dans la plupart des pays, selon une enquête de l’OMS

- Certificats de virginité : les médecins qui les délivreront passibles d'un an de prison et de 15.000 € d'amende

- Le Pentagone choisit SpaceX pour des satellites de détection de missiles 

Improbablologie : Une étude confirme que cligner des yeux lentement fonctionnent vraiment pour communiquer avec votre chat

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production