Bactériophages infectant une bactérie
Bactériophages infectant une bactérie
Bactériophages infectant une bactérie ©Getty - KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Bactériophages infectant une bactérie ©Getty - KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Bactériophages infectant une bactérie ©Getty - KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité
Résumé

Une stratégie thérapeutique à partir de bactériophages et d’antibiotiques, et autres actualités scientifiques.

En savoir plus

Une étude parue dans « Nature Communications » décrit une nouvelle stratégie thérapeutique pour lutter contre l’antibiorésistance.

La semaine dernière, on apprenait que les bactéries résistantes aux antibiotiques étaient devenues l’une des causes principales de mortalité dans le monde. Face à ce gros problème de santé publique, la recherche se tourne vers de nouvelles méthodes : les bactériophages, soit des virus qui mangent des bactéries.

Publicité

Cet article est le résultat d'une étude de cas d’une patiente belge à la jambe blessée, qui a entraîné une infection bactérienne par Klebsiella pneumoniae, une superbactérie qui crée des biofilms, empêchant ainsi les antibiotiques de fonctionner. Après deux années d’échec thérapeutique, les cliniciens ont opté pour une bithérapie : une combinaison d'antibiotiques et de bactériophages spécialisés. C'est une forme personnalisée de phagothérapie, avec des phages spécifiquement sélectionnés. Les phages ont été appliqués directement sur la plaie infectée, pendant 6 jours. Trois mois après ce traitement, la patiente s’est complétement rétablie. Selon les auteurs, cette bithérapie pourrait être une nouvelle piste pour venir à bout des bactéries multi-résistantes.

En savoir plus : Bactériophage, à table !

Omicron : une sous-lignée sous surveillance

Les autorités sanitaires britanniques enquêtent sur une sous-lignée "sœur" du virus Omicron. Ce variant du SARS-CoV-2, aussi appelé BA.1, est apparu en octobre 2021. Un mois plus tard, on trouvait des traces d’une sous-lignée d’Omicron baptisée BA.2. Cette sous-lignée porte les mêmes mutations que la lignée originale, mais aussi de nouvelles mutations. En Angleterre, au Danemark, en Norvège ainsi qu'en Suède, les cas de BA.2 sont en augmentation sans que l'’on ne sache pourquoi. Pour le moment, on ne sait pas s’il s’agit d’un variant plus contagieux, ni s’il provoque un échappement thérapeutique ou des formes graves. Des études sont en cours.

L'Europe se dote d'un nouvel ordinateur quantique de plus de 5000 qubits

En Allemagne, à Jülich : le premier ordinateur quantique doté de plus de 5.000 qubits d’Europe vient d’être mis en service. Il s'agit de l’ordinateur "D-Wave", conçu par l’entreprise canadienne « D-Wave Systems » qui est l'un des principaux fournisseurs en informatique quantique. Ce nouveau système quantique va s’intégrer aux supercalculateurs du centre de recherche Jülich. Ce sera le premier exemple technologique d’un ordinateur quantique qui travaille directement avec un supercalculateur. Ce centre dédié à la recherche scientifique et industrielle devrait recevoir en 2023, un nouvel ordinateur quantique au sein de ses rangs.

À lire aussi : Suprématie quantique, que de la Google ?

Le plus vieux fossile de fleurs

Enfin, une étude parue dans «  Geological Society of London » décrit la découverte du plus vieux fossile de fleurs. Des paléobotanistes chinois ont découvert, en Mongolie Intérieure, en Chine, un bouton floral du Jurassique. Baptisé «  Florigerminis jurassica », ce fossile vieux de 164 millions d’années comprend une branche feuillue, mais aussi des fruits et des boutons floraux. Cette découverte bouleverse l’histoire évolutive des plantes car à ce jour, c’est le plus vieux spécimen d’angiosperme, c'est-à-dire de plantes à fleurs. Les exemples les plus anciens remontaient auparavant à la période du Crétacé, entre 66 et 145 millions d'années. Les dinosaures devaient donc gambader parmi les fleurs.

À lire aussi : Pourquoi la Terre s'est-elle offert des fleurs ?

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production