.
. ©Getty - Westend61
. ©Getty - Westend61
. ©Getty - Westend61
Publicité

Pour la première fois un pays, le Savaldor, adopte le Bitcoin en devise nationale et autres actualités scientifiques.

Aujourd’hui, le bitcoin devient pour la première fois une monnaie nationale au Salvador. 12 ans après l’invention de cette cryptomonnaie par le japonais Satoshi Nakamoto, c’est la première fois qu’un pays adopte le bitcoin. Plus précisément, il en fait sa monnaie ayant cours légal. Autrement dit à partir d’aujourd’hui : les habitants du Salvador peuvent payer leurs impôts en bitcoins, les marchands ne peuvent pas refuser un paiement en bitcoins, et l’état salvadorien peut en acheter. Tout cela est allé très vite : la loi Bitcoin n’a été approuvée que le 9 juin dernier. Cette cryptomonnaie va donc coexister avec le dollar américain, la monnaie du pays depuis 2001. L’état a mis en place un portefeuille numérique qui s’appelle CHIVO - ce qui signifie « cool » - qui permet de stocker et de dépenser cette monnaie virtuelle. De plus, pour inciter les habitants à l’utiliser, 30 dollars seront offerts à chaque personne qui téléchargera ce portefeuille numérique (30 dollars représente à peu près 10 % du salaire mensuel moyen au Salvador).

Entretien avec Stanislas Barthelemi est analyste cryptomonnaie et blockchains chez KPMG France

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Stanislas Barthelemi

2 min

La Méthode scientifique
59 min

Les origines génétique des cancers du poumon des non-fumeurs

Une étude parue dans la revue « Nature Genetics » a identifié des facteurs génétiques à l’origine des cancers du poumon chez les non-fumeurs. Chaque année dans le monde, plus de 2 millions de personnes atteintes par ce cancer, le plus mortel, sont diagnostiquées. En France, cela représente 50.000 diagnostics par an. Si le tabagisme est le facteur de risque principal, 10 à 20 % des personnes qui développent un cancer du poumon n'ont jamais fumé. Une équipe internationale a fait une analyse génomique des tumeurs de plus 234 non-fumeurs. Les chercheurs ont découvert que la majorité de ces tumeurs sont causées par l’accumulation de mutations génétiques, pour la plupart issues de processus naturels dans le corps. Ils ont identifié trois sous-types moléculaires de cancer du poumon. Ces signatures mutationnelles sont très différentes de celles des tumeurs de fumeurs. La découverte de ces sous-types représente une nouvelle piste thérapeutique. 

La découverte d’une nouvelle branche de notre Voie lactée     

Selon une prépublication parue sur le site "ArXiv", nous avons peut-être découvert une nouvelle branche de notre Voie lactée. Grâce à FAST, le grand radiotéléscope opérationnel en Chine depuis 2020, une équipe chinoise a découvert une immense structure gazeuse au fin fond de notre galaxie, dans les régions extérieures. Selon les données, cette boucle de gaz serait longue de 3.590 années-lumière et large de 675 années-lumière. Cette étrange structure filamenteuse est la plus grande et la plus éloignée de notre galaxie. Elle a été baptisée Cattail - ou « Quenouille » en français - et se déplace à une vitesse de 140 à 160 kilomètres par seconde. Même si les chercheurs ne comprennent pas pourquoi elle ne suit pas la chaîne du disque galactique, la Quenouille pourrait être un nouveau bras spiral de notre Voie lactée. Si cette prépublication est validée, cette découverte change notre compréhension de la structure galactique.

Le poids du regard d’un robot

Enfin, selon une étude parue dans la revue "Science Robotics", le regard d’un robot a une influence sur nous. L’Institut italien de technologie a mené une expérience. 40 participants ont joué à un jeu vidéo stratégique avec iCube : le robot humanoïde doté de grands yeux. L’activité neuronale des joueurs était observée par électroencéphalogramme. Le robot n’a pas eu d’influence sur les choix des joueurs, mais lorsque iCube regardait droit dans les yeux l’un d’entre eux, il troublait son attention et celui-ci mettait plus de temps à prendre un décision. De plus, lorsqu’iCube détournait le regard, les joueurs prenaient des décisions plus facilement. Selon les auteurs, « le regard d’un robot agit donc comme un signal social fort pour les humains ».

L'équipe