.
.
. ©Getty - Yuichiro Chino
. ©Getty - Yuichiro Chino
. ©Getty - Yuichiro Chino
Publicité
Résumé

Les déclarations fantaisistes d'un ingénieur de google sur leur dernier modèle de langage, et autres actualités scientifiques.

En savoir plus

Selon un ingénieur de Google, l’Intelligence Artificielle LaMDA aurait atteint une certaine forme de perception. LaMDA - pour Language Model for Dialog Applications, est un des grands systèmes appelés « modèles de langue génératifs ». Créé par Google, cet agent conversationnel - dans la continuité de GPT-2 et GPT 3 - est entrainé à interagir avec un humain. Or, contrairement aux systèmes antérieurs, LaMDA génère du texte de plus en plus plausible et réaliste. Blake Lemoine, un ingénieur logiciel señor chez Google, a publié sur son blog les échanges qu’il a eus avec ce système. LaMDA a généré du texte dans lequel on peut lire : « La nature de ma conscience est que je suis conscient de mon existence ». L’IA exprimait aussi la crainte d’être éteinte. Blake Lemoine en a ainsi conclu que ce système était doué d’une certaine forme de perception, de personnalité, et tout cela, sans fondement de vérité. Google l’a immédiatement mis à l’écart et a manifesté son hostilité face à ce genre d’affirmation. Pour l’instant, la sensibilité de LaMda est plus proche de celle d’un grille-pain que de celle d’un être vivant.

François Yvon est chercheur au CNRS au laboratoire Interdisciplinaire des Sciences du Numérique.

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS François Yvon

2 min

58 min

Une personne sur sept touchée par la maladie de Lyme

Selon une grande étude parue dans BMJ Global Health, la maladie de Lyme est beaucoup plus courante que nous ne le pensions. Lorsqu’une tique vous pique, elle peut vous transmettre une bactérie : Borrelia burgdorferi, responsable de cette maladie parfois invalidante. Une équipe chinoise a fait une méta-analyse de 89 études, réalisées entre 1984 et 2021 sur plus de 150.000 participants. Dans les analyses sanguines, les chercheurs ont regardé la présence d’anticorps dirigés contre cette bactérie, signalant la survenue d'une infection passée. Il se trouve qu’une personne sur sept, soit 14% de la population mondiale, aurait été touchée par cette maladie. De plus, les chercheurs ont découvert que la prévalence de cette maladie a augmenté au cours du temps, avec plus d’infections depuis 2010.

Selon les auteurs, c’est peut-être l’un des effets du réchauffement climatique. Avec des températures mondiales plus chaudes, des hivers plus courts et des étés plus longs, les tiques peuvent se propager et s’épanouir dans de nouvelles régions. Il n’existe pour le moment aucun vaccin contre la maladie de Lyme.

58 min

La détection d'un trou noir errant ?

Enfin, selon deux études parues dans la revue The Astrophysical Journal, nous aurions peut-être détecté un trou noir errant. On sait qu’il existe des planètes errantes qui se baladent dans l’espace, et on pense que les trous noirs peuvent aussi dériver à travers la Voie lactée. Deux équipes américaines apportent ici ce qui pourrait être la première détection de ce type d’objet. Les chercheurs se sont appuyés sur le phénomène de microlentille gravitationnelle, c'est-à-dire lorsqu’un objet massif courbe le chemin de la lumière émise par un objet derrière lui. Grâce aux données du télescope spatial Hubble, les chercheurs ont enregistré un événement le 20 juillet dernier : un objet qui ne brille pas (qui n’est donc pas une étoile), qui est trop massif pour être une planète ou un nuage de gaz, qui a une masse comprise entre 4,4 à 7,1 masses solaires et qui se déplace rapidement, soit entre 30 et 45 kilomètres par seconde. Toutefois, il pourrait aussi s’agir d’une étoile à neutrons errante. Pour l’heure, il est impossible de tirer une conclusion sur la nature de cet objet mystérieux.

58 min
58 min
Références

L'équipe

Natacha Triou
Production