.
. ©Getty - Nitat Termmee
. ©Getty - Nitat Termmee
. ©Getty - Nitat Termmee
Publicité

Une patiente semble avoir guéri du VIH sans traitement antirétrovirale, et autres actualités scientifiques

Une étude de cas très rare est décrite dans la revue "Annals of Internal Medicine" : une patiente séropositive a guéri du VIH sans traitement. Depuis le début de l’épidémie du VIH, c’est la deuxième fois que cela se produit. Il y a eu « le patient de Berlin » en 1993 et « le patient de Londres » en 2003, qui ont guéri du VIH, mais cela à la suite d’une greffe de cellules souches. Ce n’est pas le cas de cette femme, puisque cette étude montre que c’est la description d’un cas clinique de celle qu’on appelle désormais la « patiente Esperanza ». Il s'agit d'une jeune femme qui vit en Argentine, diagnostiquée par hasard en 2013. Elle n’a depuis jamais pris de traitement antirétroviral, sauf lors de sa grossesse. On sait que le virus peut se cacher et qu’il persiste dans ce qu’on appelle des « réservoirs viraux ». C’est pour cette raison que les patients séropositifs prennent des antirétroviraux toute leur vie. S’ils arrêtent leur traitement, ils redeviennent vulnérables et contagieux. Il se trouve que cette femme a éliminé spontanément son réservoir viral. C’est ce qu’on appelle une « élite contrôlée », qui contrôle la multiplication du virus.  

Olivier Schwartz est directeur de l’Unité Virus et Immunité de l’Institut Pasteur.

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Olivier Schwartz

2 min

58 min

Le tabagisme recule à l’échelle mondiale

Selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé paru hier : à l’échelle mondiale, le tabagisme recule. Chaque année, le tabac tue environ 8 millions de consommateurs et 1,2 million de fumeurs passifs. Selon ce quatrième rapport de l’OMS : en 2020, la planète comptait 1,3 milliard de fumeurs, soit 22,3 % de la population mondiale. Ce sont des chiffres encore élevés, mais c’est 20 millions de fois moins qu’en 2018. Selon l’OMS, si les politiques de lutte contre le tabac sont maintenues, la consommation de cigarettes devrait encore reculer jusqu’en 2025. La région de l’Asie du Sud-Est est celle avec les plus forts taux de tabagisme. Pour les femmes, c’est en Europe que l’on compte le plus grand nombre de fumeuses. La lutte anti-tabac fonctionne, mais l’OMS évoque un "succès fragile" face au lobby puissant de l’industrie du tabac. 

Batteries lithium-ion : une nouvelle méthode de recyclage 

Une étude parue dans la revue "Nature communications" décrit une nouvelle méthode pour recycler les batteries lithium-ion de façon durable et plus économique. Les batteries lithium-ion contiennent du cobalt et du nickel : des métaux précieux, qui se font de plus en plus rares dans la croûte terrestre. Néanmoins, le recyclage des batteries électrochimiques coûte cher. Cette équipe américaine a conçu une méthode pour séparer ces deux éléments les uns des autres dans les batteries usagées. Les chercheurs ont développé un électrolyte liquide. À partir des électrodes de batterie, ils ont réussi à extraire des formes pures de cobalt et de nickel, avec une pureté respective de 96% et de 94%. Cette récupération électrochimique du cobalt et du nickel se fait à basse température : elle est faible en énergie, et sans déchets toxiques. 

Des océans souterrains sur les lunes d’Uranus 

Enfin, selon une étude parue dans la revue "Icarus", les lunes d’Uranus peuvent contenir des océans souterrains. Deux chercheurs américains ont utilisé un modèle d'évolution thermique, pour évaluer s’il pouvait y avoir des océans souterrains sur les lunes Titania et Oberon. Selon leurs calculs, les croûtes gelées de ces lunes peuvent dissimuler de l’eau liquide. La chaleur de la désintégration des éléments radioactifs dans leurs noyaux pourrait maintenir de l’eau à l’état liquide ! Mais seulement si l’eau est riche en ammoniac et si la coquille de glace n’est pas trop poreuse, pour limiter la perte de chaleur. Il se pourrait aussi que ces conditions soient bien réunies. Les chercheurs militent pour de futures missions d’exploration des satellites d’Uranus.

58 min

L'équipe

Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Production