.
.
. ©Getty - Science Photo Library - VICTOR HABBICK VISIONS
. ©Getty - Science Photo Library - VICTOR HABBICK VISIONS
. ©Getty - Science Photo Library - VICTOR HABBICK VISIONS
Publicité
Résumé

Les résultats de l'expérience BEST confirment une anomalie et appuient l'existence d'une quatrième famille de neutrinos, et autres actualités scientifiques.

En savoir plus

Selon deux études parues dans les revues « Physical Review Letters » et « Physical Review C », les résultats d’une expérience appuient l’hypothèse de l’existence d’un quatrième hypothétique neutrino.

On surnomme les neutrinos « les particules fantômes », parce qu’ils interagissent très peu avec la matière. Ils se déclinent en trois saveurs : électronique, muonique et tauique. Il y aurait par ailleurs un quatrième hypothétique neutrino stérile. Il aurait une masse, mais il n’aurait pas à proprement parler de saveur, ce qui veut dire que ce quatrième neutrino n’interagit pas par interaction faible. En 2011, le CEA a publié un article qui montrait qu’on ne comprenait pas bien le flux de neutrinos, la quantité de neutrinos qui proviennent des réacteurs nucléaires. C’est une anomalie qui a suscité beaucoup d’intérêt, qui s’appelle « l’anomalie des anti-neutrinos de réacteur », et qui peut s’expliquer éventuellement par l’existence d’un quatrième type de neutrino.

Publicité

Depuis, de nombreuses manipulations partent à sa recherche. C’est ce qu’a fait l’expérience BEST : une collaboration entre la Russie et les Etats-Unis située dans le Caucase. Il s’agit d’une expérience robuste, et les résultats confirment cette anomalie.

Thierry Lasserre est physicien au Service de physique des particules du CEA.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Thierry Lassere

2 min

58 min
58 min
58 min

Le bilan carbone des aliments importés

Selon une étude parue dans la revue "Nature Food", le bilan carbone des aliments importés est colossal.

A l’heure actuelle, la production agricole représente environ un quart des émissions de gaz à effet de serre. Si on élargit et que l'on regarde l’ensemble de la chaine de production, les systèmes alimentaires contribuent à 30% des émissions totales de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. Une équipe américaine a estimé l'empreinte carbone des « food-miles ». Elle a calculé les kilomètres alimentaires et il se trouve que le transport alimentaire représente environ 19% des émissions totales du système alimentaire. Pour baisser ces émissions, les auteurs recommandent, en particulier pour les pays riches, de s’orienter vers une alimentation à base de plantes, de manger de saison et local.

CoVid-19 en France : accélérer le deuxième rappel vaccinal

Selon le ministère de la Santé, la couverture vaccinale contre le CoVid-19 en France est insuffisante.

Nous faisons face à « une reprise épidémique modérée ». En effet, le nombre de cas a plus que doublé en trois semaines et on observe une légère reprise des hospitalisations. Hier, le ministère a appelé les personnes de plus de 60 ans et les immunodéprimés à recevoir leur deuxième rappel vaccinal, soit leur quatrième dose. Sur plus de 8,7 millions de personnes éligibles, moins de 2,2 millions ont reçu leur second rappel, soit un quart des personnes éligibles : un taux « clairement insuffisant ».

Vitamines et compléments alimentaires : aucune preuve d’efficacité dans la plupart des cas

Enfin selon une étude parue hier dans la revue dans la revue « JAMA », les vitamines et compléments alimentaires ne servent à rien  dans la plupart des cas.

Les personnes qui consomment ces suppléments alimentaires déclarent le faire pour des raisons de santé, pour se prémunir des cancers, maladies, etc.

Dans cette méta-analyse, les experts du groupe de travail américain sur les services préventifs ont analysé 84 études sur ces produits. Si les vitamines et les minéraux des fruits et des légumes ont des effets antioxydants et anti-inflammatoires, c’est probablement parce qu’ils agissent en synergie. Toutefois, c'est moins certains pour les micronutriments isolés. Cette étude montre que pour les personnes qui ne souffrent pas de carence en vitamines et en minéraux, ces compléments n’ont aucun effet bénéfique sur la santé, et aucune preuve ne va dans ce sens. Dans certains cas, ces complétements peuvent même être potentiellement nocifs. Les auteurs rappellent que pour la plupart d’entre nous, la meilleure façon de se prémunir des cancers ou des maladies cardio-vasculaires reste l’alimentation saine, l’activité physique et le dépistage.

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production