.
.
. ©Getty - petekarici
. ©Getty - petekarici
. ©Getty - petekarici
Publicité
Résumé

Un algorithme de deep learning pour reconstituer des textes endommagés, l’annonce de l’US Air Force et autres, actualités scientifiques et de science-fiction.

En savoir plus

L’IA au secours de l’archéologie

Une étude parue dans la revue Nature décrit la création d’une intelligence artificielle capable de restaurer des textes de grec ancien.

C’est une nouvelle prouesse de Deep Mind, la société de Google qui avait créé Alpha Go, l’algorithme d’intelligence artificielle qui avait battu à plate couture tous les champions de Go au monde. Aujourd’hui, Deep Mind présente « Ithaca », un réseau neuronal profond pour aider les archéologues et les historiens à décoder des épigraphes, ces inscriptions gravées sur des monuments qui datent de 700 avant J-C. et de 500 après J-C., et qui peuvent être endommagées et en partie effacées.

Publicité

Selon cette étude, « Ithaca » peut reconstituer ces textes, ce qui est normalement le travail des historiens, mais elle peut aussi le localiser en identifiant de quelle région il provient, et le dater. Pour cela, les chercheurs ont entraîné leur algorithme avec un corpus de texte de 178.000 inscriptions.

Patrick Sayd est chef du Service Intelligence Artificielle Langage et Vision au CEA LIST.

En bref

- Les fourmis peuvent détecter les cellules cancéreuses mieux que les chiens

- Le rover Curiosity découvre diverses caches de minéraux organiques sur Mars

- Bien-être animal : quand l’intelligence artificielle traduit les vocalisations des porcs

- Les oies ont peut-être été les premiers oiseaux à être domestiqués il y a 7.000 ans

LE JOURNAL DE LA SCIENCE-FICTION

Vers une militarisation de l’espace cis-lunaire ?

L’US Air Force a annoncé le développement d’un programme de patrouille lunaire.

Ce n’est peut-être qu’un effet d’annonce et ce n’est pour le moment qu’à l’état de projet, mais le laboratoire de recherche de l’US Air Force a annoncé vouloir développer un petit satellite à envoyer dans l’espace « cis-lunaire », c’est-à-dire l’espace qui se trouve autour de la Lune. C'est un satellite expérimental qui a pour objectif de tester de nouvelles technologies pour améliorer notre compréhension du Space Domain Awareness (SDA), c’est-à-dire pour mieux comprendre comment les objets, les débris et les satellites, se comportent dans ce type d’environnement.

Actuellement, avec nos capacités de surveillance de l’espace, nous ne pouvons surveiller que les orbites les plus proches de la Terre : l’orbite basse, l’orbite moyenne et l’orbite géostationnaire. Au-delà de ces orbites et au-delà de la distance Terre-Lune, soit à plus de 400.000 kilomètres de distance, cela devient très difficile.

Paul Wohrer est chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique. Il est spécialiste des sujets de sécurité, d'innovation et de hautes technologies spatiales.

En bref

- Les astronautes sur Mars pourraient moins trébucher s'ils pouvaient entendre leurs pas

- Un nouveau film Alien en préparation !

- Beetlejuice de retour ?

- Improbablologie : une boîte de têtes humaines a été volée dans un camion à Denver

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production