..
..
.. ©Getty - Manop Boonpeng / EyeEm
.. ©Getty - Manop Boonpeng / EyeEm
.. ©Getty - Manop Boonpeng / EyeEm
Publicité
Résumé

Une xénogreffe qui ouvre la voie à des essais cliniques, et autres actualités scientifiques de la semaine.

En savoir plus

Une étude parue hier dans la revue « American Journal of Transplantation » décrit une greffe réussie de reins de porcs chez l'humain. Face à la pénurie d’organe, la xénotransplantation semble être une solution. Cette opération historique est la deuxième du genre. En 2021, aux États-Unis, un homme en état de mort cérébrale avait reçu deux reins de porc. Il n’y a pas eu de rejet hyper-aiguë et durant 77 heures, les reins se sont montrés fonctionnels et ont produit de l’urine. La précédente expérience n’avait duré que 54 heures. Ces organes proviennent de porcs, génétiquement modifiés par l’entreprise ReVivicor. Avec la technique CRISPR-Cas-9, six gènes humains ont été ajoutés à leurs génomes et quatre gènes porcins ont été désactivés, dont ceux responsables de la réponse immunitaire humaine. Aucun signe de cellules porcines ou de rétrovirus porcins n'a été trouvé dans le sang du receveur. De plus, les reins de porcs peuvent résister à la pression artérielle, plus élevée chez l’humain. Suite à cette étude, un essai clinique devrait avoir lieu cette année.

À lire aussi : Greffe : l’impossible puzzle biologique

En bref

- Les deux tiers des effets secondaires du vaccin CoVid-19 causés par l'effet "nocebo", pas par injection

Publicité

- Le metabarcoding ADN sur insectes pour évaluer l’état de santé des forêts

- Les physiciens viennent de battre un record en gardant une bulle intacte pendant plus d'un an

- Des chercheurs créent des microrobots qui pourraient guérir les fractures

- La trompe d'éléphant peut être l'une des parties du corps les plus sensibles

- Improbablologie : une entreprise veut transformer des célébrités en salamis cultivés en laboratoire - et c'est parfaitement possible

Références

L'équipe

Natacha Triou
Production