Archive: la façade du Palais de la découverte à Paris en 1948
Archive: la façade du Palais de la découverte à Paris en 1948 ©AFP -
Archive: la façade du Palais de la découverte à Paris en 1948 ©AFP -
Archive: la façade du Palais de la découverte à Paris en 1948 ©AFP -
Publicité

Le projet de rénovation " Palais 2024" inquiète le personnel du musée, le public et la communauté scientifique ; et autres actualités scientifiques

Avec
  • Sébastien Balibar chercheur au département de Physique de l'École Normale Supérieure de Paris, membre de l'Académie des sciences

Le Palais de la découverte fait partie du Grand Palais. Dans le cadre de la rénovation du bâtiment, il va fermer ses portes en septembre pour les rouvrir en 2024. Depuis plusieurs mois, de nombreuses critiques sont émises, d'une part contre le budget pharaonique des travaux – près de 500 millions d’euros - d'autre part contre la profonde mutation de l'institution qui se profile. Le projet officiel prévoit une large réduction du personnel et de la surface de l’institution. Une pétition en ligne qui s’y oppose a déjà récolté près de 6 000 signatures. L’Académie des sciences a en outre refusé de soutenir le projet « Palais 2024 », dénonçant une remise en cause importante de la muséographie du lieu.

Interview de Sébastien Balibar, membre de l’Académie des sciences :

Publicité

Le Palais de la Découverte est vraiment en grand danger. Il s’agit d’un lieu très original, « on y présente la science en train de se faire », comme disait le prix Nobel Jean Perrin. Il est maintenant prévu de supprimer la moitié des surfaces qui sont dédiées à ces démonstrations et aussi la moitié de son personnel. Ils souhaitent remplacer le réel par des écrans d'ordinateur, évidemment, cela prend moins de place. Sur les 35 salles qui servent à présenter des phénomènes scientifiques, ils en gardent seulement 16. Et encore, dans ces salles, il y a « un salon de discussion », « un labo à distance », « une salle immersive » : ils remplacent une vraie muséologie scientifique par du discours. 

D'autre part, ils ont des idées que je trouve ridicules. Par exemple, ils veulent créer des « îlots de curiosité » qui évolueraient en fonction des saisons. Par exemple, le thème "artificiel" rassemblerait des domaines complètement hétéroclites comme la bionique, l'intelligence artificielle, la géo-ingénierie, avec des expositions d'œuvres d'art contemporain parce qu'ils sont obligés de cohabiter avec la partie artistique. Pour le thème "beauté", ils veulent mélanger les substances hallucinogènes avec la physique du tout. Cela ne veut rien dire, ces gens ne connaissent rien à la science, ils ont une conception de la muséographie qui est celle d’une politique publicitaire.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Sebastien Balibar

1 min

La cigarette électronique, moins nocive que le tabac pour la santé vasculaire ?

Selon une étude parue dans le Journal de l'American College of Cardiology, les fumeurs de longue date qui commencent à vapoter voient des bénéfices pour leur santé apparaître en moins d'un mois. Il s'agit de la plus grande étude clinique à ce jour. Sur 114 fumeurs, 40 ont continué à fumer et 74 sont passés à la cigarette électronique. Pour les vapoteurs, les résultats montrent qu’en quelques semaines, leur santé vasculaire s’améliore. L’équipe britannique s’est appuyée sur la « dilatation induite par le flux », c’est-à-dire sur la façon dont les vaisseaux sanguins se dilatent. Plus ils sont capables de se dilater, plus ils sont en bonne santé. Les scores de dilatation pour un fumeur devenu vapoteur se sont considérablement améliorés - avec des scores proches de ceux d'un non-fumeur. L’étude rappelle que nous ne connaissons toujours pas les effets à long terme de la cigarette électronique, mais elle conclut que cela reste moins nocif que le tabac.

La direction dans laquelle les galaxies tournent dépend de leur masse

Selon une étude parue dans Monthly notices of the royal Astronomical society, la direction dans laquelle les galaxies tournent dépend de leur masse. Une équipe internationale a mesuré la rotation de plus de 1 400 galaxies. Ils ont mesuré le spin de chacune d’elles par rapport à son filament cosmique le plus proche. Les filaments cosmiques correspondent aux plus grandes structures de l'Univers. Les chercheurs ont découvert que les petites galaxies - comme notre Voie lactée - ont tendance à tourner en alignement direct avec les filaments tandis que les plus grandes tournent à angle droit. L’épine dorsale des filaments cosmiques est, d'une certaine façon, l’autoroute de la migration galactique, sur laquelle de nombreuses galaxies se rencontrent et fusionnent en cours de route. Ces résultats offrent un aperçu de la structure profonde de l'Univers.

Des batteries transparentes comme du verre

Des Japonais viennent de concevoir des batteries transparentes comme du verre. Le groupe NTT Communications cherchait à créer des batteries aussi discrètes que possible. Leurs prototypes ne dépassent pas une feuille A4, leur rendement est encore assez faible, mais ils peuvent alimenter de petits appareils et laisser passer 69% de la lumière. Il est possible de relier plusieurs vitres ensemble pour augmenter leur capacité. Transformer une fenêtre en batterie pourrait être révolutionnaire : les fabricants parlent d’applications pour les voitures, les lunettes intelligentes et les lentilles de contact.

par Natacha Triou

L'équipe

Natacha Triou
Natacha Triou
Natacha Triou
Production