Les mystères de la super-Terre 55 Cancri-e seront-ils bientôt percés grâce au James Webb Space Telescope ? ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Les mystères de la super-Terre 55 Cancri-e seront-ils bientôt percés grâce au James Webb Space Telescope ? ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Les mystères de la super-Terre 55 Cancri-e seront-ils bientôt percés grâce au James Webb Space Telescope ? ©Getty - MARK GARLICK/SCIENCE PHOTO LIBRARY
Publicité
Résumé

L'actualité des sciences de la semaine et le journal de la science-fiction.

En savoir plus

Certains biais cognitifs contamineraient même nos mécanismes mentaux les plus simples

Et on commence ce journal avec une étude française parue dans la revue Trends in Cognitive Sciences qui montre que certains biais cognitifs contamineraient même nos mécanismes mentaux les plus simples. Les chercheurs étudient depuis de nombreuses années les biais cognitifs d’optimisme et de confirmation ainsi que leur influence sur nos prises de décisions. Jusqu’à cette étude, on pensait qu’ils étaient liés à des processus cognitifs de hauts niveau, c’est-à-dire liés à des raisonnements complexes. Or ce que montrent ces travaux c’est que ces biais d’optimisme et de confirmation sont en réalité un processus cognitif élémentaire partagé par de nombreuses espèces animales et pas seulement l’espèce humaine dans des cas aussi simple que la prise de décision par essai et erreur. L’étude suggère donc entre autres que ces biais partagés, affectant nos mécanismes mentaux les plus simples, pourraientt avoir émergé bien avant l’apparition d’Homo sapiens.

Stefano Palminteri est chercheur Inserm au Laboratoire de neurosciences cognitives et computationnelles de l’ENS-PSL et de l’Inserm. Il est l’un des auteurs de cette étude.

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS 1 Stefano Palminteri

2 min

En bref

- La Nasa confie ses scaphandres lunaires au privé

- La toundra menacée de disparition à l’horizon des prochains siècles

-  Le record du plus grand blob du monde bientôt battu ?

LE JOURNAL  DE LA SF

Le James Webb Space Telescope va tenter de percer les secrets de l'énigmatique super-Terre 55 Cancri-e

Le James Webb Space Telescope va bientôt permettre l'observation en détails d’une mystérieuse super-Terre. Elle s’appelle 55 Cancri-e, elle tourne autour de l’étoile 55 Cancri située à seulement 44 années lumières de la Terre dans la Voie Lactée. Observée pour la première fois en 2004, cette planète rocheuse est la plus proche connue à ce jour de son étoile, 60 fois plus proche de son étoile que la Terre du Soleil. Si on connaît parmi les exoplanètes un bon nombre de super géantes gazeuses ou super-Jupiter, on connaît peu de super-Terres du type de 55 Cancri-e et plusieurs questions d’envergure persistent autour de ce type d’exoplanètes. Parmi les équipes de recherches qui se penchent sur le cas de 55 Cancri-e, une équipe de l’Institut Max Plank d’astronomie va l'observer grâce au James Webb Space Telescope pour tenter de percer ses mystères et pourquoi pas apporter des réponses aux questions que l’on se pose encore sur notre planète, comme par exemple les conditions de sa formation.

Isabelle Boisse est astronome au laboratoire d'astrophysique de Marseille

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS 2 : Isabelle Boisse

1 min

En bref

- Un système de cristal de temps "impossible" pourrait détenir le secret de la révolution de l'informatique quantique

- Les auto-stoppeurs cosmiques : Des extraterrestres évolués pourraient utiliser des exoplanètes flottantes pour leurs voyages interstellaires

- Sale temps pour les ventes de livres de SF

Hurlequin #2 : “Maniac” de William Lustig en présence de Fabrice du Welz

Improbablologie : Les souris mâles ont peur des bananes. Voici pourquoi.

Références

L'équipe

Antoine Beauchamp
Antoine Beauchamp