Image tirée du film d'Alain Cavalier "Être vivant et le savoir" - Caméra One
Image tirée du film d'Alain Cavalier "Être vivant et le savoir" - Caméra One
Image tirée du film d'Alain Cavalier "Être vivant et le savoir" - Caméra One
Publicité
Résumé

Présenté en séance spéciale, le nouveau film d’Alain Cavalier, « Être vivant et le savoir » est une célébration de la vie. On en sort avec un immense sentiment de gratitude…

En savoir plus

Dans la frénésie des projections cannoises, Olivia, il est bon parfois de faire un pas de côté, d'autant qu'alors, c'est la grâce même qui, sans crier garde, vous tombe dessus. C'est ce qui est arrivé hier soir aux spectateurs du nouveau film d'Alain Cavalier, "Être vivant et le savoir". Tirée de Faulkner et déjà citée chez Cavalier, c'était dans "La Chamade", par la voix de Catherine Deneuve, la phrase synthétise parfaitement le sentiment qu'on ressent en sortant du film, hanté pourtant par la mort et la disparition. Alain Cavalier projetait d'adapter "Tout s'est bien passé", le roman où Emmanuèle Bernheim racontait comment son père l'avait chargée d'organiser son suicide assisté. Et puis l'écrivaine a été frappée par le cancer, qui a fini par l'emporter. On sort de ce film en éprouvant un sentiment de gratitude d'autant plus élevé qu'il nous aide à accepter la disparition de nos proches, de nous-mêmes, et un jour d'Alain Cavalier lui-même, qui en une scène saisissante s'exerce au moment où il poussera son dernier souffle. Car loin d'être morbide, ce film sur un film qui ne s'est pas fait est tout au contraire une constante célébration de la vie. Alain Cavalier...

Entretien avec Alain Cavalier (intégrale)

13 min

Références

L'équipe

Antoine Lachand
Antoine Lachand
Antoine Guillot
Production