Alain Delon : "Ne joue pas, vis !"

Alain Delon au Festival de Cannes
Alain Delon au Festival de Cannes  ©Getty - Andreas Rentz
Alain Delon au Festival de Cannes ©Getty - Andreas Rentz
Alain Delon au Festival de Cannes ©Getty - Andreas Rentz
Publicité

Au cours d'une masterclasse donnée au Festival de Cannes à l'occasion de sa Palme d’honneur, Alain Delon raconte sa rencontre décisive avec le réalisateur Jean-Pierre Melville et l'anecdote incroyable de la mort de celui-ci dans un éclat de rire.

Comme l’a raconté hier Alain Delon à son public cannois, quand Yves Allégret embauche la future star pour son premier rôle, en 1957, dans « Quand la femme s’emmêle », il lui dit : "Ne joue pas. Regarde comme tu regardes. Parle comme tu parles. Ecoute comme tu écoutes. Fais tout comme tu le fais. Sois toi. Ne joue pas, vis !" Et voilà pourquoi Alain Delon est un acteur, et non un comédien. Cette master class d'acteur, (ou plutôt ce rendez-vous, on ne dit plus "leçon de cinéma" à Cannes, ce qui permettra de recevoir dans ce cadre un Sylvester Stallone à la fin de la semaine), c'était un peu le contrechamp de la soirée funèbre et lacrymale qui a vu hier soir la star retraitée honorée d'une Palme d'or qu'il a décrite, en larmes donc, comme un hommage posthume de son vivant, préparant son public à son inéluctable disparition d'un sépulcral "au revoir".

Le Billet culturel
2 min

Contrechamp aussi de la polémique lancée des Etats-Unis sur Internet contre cette distinction, en raison de ses propos un rien discutables tenus dans le passé sur les femmes et les homosexuels. C’est le risque, évidemment, quand il n'y a pas de solution de continuité entre l'homme et le rôle, puisque telle a toujours été la conception du jeu selon Alain Delon. Pendant la cérémonie, le délégué général Thierry Frémaux a réaffirmé que le festival serait toujours du côté des artistes (même s'ils disent des âneries, donc), enrôlant pour sa défense, nolens volens, rien moins que Léo Ferré, et sa phrase fameuse : « n’oubliez jamais que ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres. » C’est donc ni funèbre ni polémique, mais tout à fait joyeux et même badin, qu’Alain Delon, pendant ce « rendez-vous », a raconté moult anecdotes sur ses débuts, son travail avec Visconti, Cavalier, Losey et tant d'autres, et bien sûr Jean-Pierre Melville. Il est ainsi revenu sur ce jour où, dans son hôtel particulier de l'avenue de Messine, le cinéaste aux stetson et lunettes noires, est venu lui présenter le scénario du "Samouraï".

Publicité

L'équipe