44% des enfants de moins de 3 ans utilisent régulièrement des écrans interactifs (étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire)
44% des enfants de moins de 3 ans utilisent régulièrement des écrans interactifs (étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire)
44% des enfants de moins de 3 ans utilisent régulièrement des écrans interactifs (étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire) ©AFP - Anne-Sophie Bost / AltoPress / PhotoAlto
44% des enfants de moins de 3 ans utilisent régulièrement des écrans interactifs (étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire) ©AFP - Anne-Sophie Bost / AltoPress / PhotoAlto
44% des enfants de moins de 3 ans utilisent régulièrement des écrans interactifs (étude de l'association française de pédiatrie ambulatoire) ©AFP - Anne-Sophie Bost / AltoPress / PhotoAlto
Publicité
Résumé

Télévision, smartphone, tablette... Ces écrans qui ont envahi notre quotidien risquent d'entraver le développement du cerveau des jeunes enfants.

avec :

Gisèle Apter (psychiatre en périnatalité), Sabine Duflo (psychologue clinicienne).

En savoir plus

Dans une tribune relayée par Le Monde le mois dernier (cahier Sciences et médecine du 31 mai), des médecins et professionnels de la petite enfance donnaient l'alerte : selon eux, l'exposition "massive et précoce" des jeunes enfants aux écrans est devenue "un enjeu de santé publique majeur". 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ces professionnels de terrain font état de graves troubles "semblables à ceux du spectre autistique", une formule qui fait débat dans la communauté médicale. La référence à l’autisme est-elle appropriée ? Les spécialistes trancheront. Les professionnels de santé s’accordent en revanche sur le fait que l’exposition aux écrans n’est pas anodine sur les jeunes enfants, dont le cerveau est en plein développement.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Ces 5 dernières années, explique le dr Anne Lise Ducanda , médecin de PMI à Viry-Châtillon (Essonne), les enseignants nous demandent de voir de plus en plus d'enfants qui présentent des retards de développement, des troubles du comportement, et des troubles du spectre autistique".

Les bons usages des écrans en famille

"4 pas pour mieux grandir" : les conseils aux familles de Sabine Duflo, psychologue clinicienne et thérapeute familiale, pour mieux gérer le temps d'écran à la maison.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le psychiatre Serge Tisseron a été le premier à proposer des repères aux familles pour la gestion des écrans. Il adapte la dose d'écran à l'âge des enfants : "3-6-9-12", et déconseille les écrans avant 3 ans, citant les résultats préoccupants d'une étude canadienne :

L'étude de Linda Pagani à Montréal

4 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Cyrille Renouvin a conçu une application pour les enfants de 1 à 6 ans, avec le concours de spécialistes des jeunes enfants. Pour limiter les risques de surexposition aux écrans, il a rédigé un guide des bons usages à l'intention des parents.

Les effets des écrans sur la vue des enfants

© Visactu

Dossier réalisé par Aurélie Kieffer. Bibliographie : Maria Contreras.

Références

L'équipe

Tara Schlegel
Production
Annie Brault
Réalisation
Aurélie Kieffer
Journaliste
Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration