Grande Muraille Verte : le Sénégal en première ligne

Quelques femmes du jardin polyvalent de Widou
Quelques femmes du jardin polyvalent de Widou ©Radio France - Sophie Bécherel
Quelques femmes du jardin polyvalent de Widou ©Radio France - Sophie Bécherel
Quelques femmes du jardin polyvalent de Widou ©Radio France - Sophie Bécherel
Publicité

C’est un projet proprement pharaonique, situé en plein désert, mais bien au sud des pyramides égyptiennes. Ce n’est pas vraiment une construction bien qu’elle porte le nom de « muraille », plutôt une idée qui doit permettre de faire reculer le désert. Reportage de Sophie Bécherel.

Avec
  • Jean Goepp directeur de l’association Nebeday
  • Robin Duponnois directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD)

C’est un projet proprement pharaonique, situé en plein désert, mais bien au sud des pyramides égyptiennes. Ce n’est pas vraiment une construction bien qu’elle porte le nom de « muraille », plutôt une idée qui doit permettre de faire reculer le désert.

Rien de moins.

Publicité
Chaque jour, il faut plusieurs kilomètres pour faire des réserves d'eau
Chaque jour, il faut plusieurs kilomètres pour faire des réserves d'eau
© Radio France - Sophie Bécherel

Depuis 2007, des millions d’arbres ont été replantés le long d’une ligne imaginaire qui traverse tout le Continent noir, du Sénégal à l’Ouest à Djibouti tout au bout de la Corne de l’Afrique.

Chaque jour des milliers de bêtes viennent s'y abreuver
Chaque jour des milliers de bêtes viennent s'y abreuver
© Radio France - Sophie Bécherel

L’objectif de cette « Grande Muraille Verte » est d’empêcher une détérioration des terres déjà très abîmées par les sécheresse et par la sur-exploitation.

La parcelle 2008, protégée par la barrière
La parcelle 2008, protégée par la barrière
© Radio France - Sophie Bécherel

11 pays ont participé à cette initiative africaine, aidée par des financements internationaux – qui a permis de créer par exemple 20 000 emplois au Nigeria, de planter 11 millions d’arbres au Sénégal ou encore de lutter contre le diabète et l’hyper-tension.
C’est un projet presque unique en son genre.

Si ce n’est qu’en Chine aussi, depuis 1978 cette fois, les habitants tente de verdir le désert de Gobi. Avec un certain succès.

En Afrique, au Sahara, la tâche paraît plus rude puisqu’il faut mener de front le chantier dans 11 nations.

Le reportage de Sophie Bécherel de ce soir nous emmène dans l’un des pays vitrine de cette belle utopie.

Diouma Sène, responsable du jardin de Widou
Diouma Sène, responsable du jardin de Widou
© Radio France - Sophie Bécherel

Au Sénégal, c’est une agence nationale qui gère la grande muraille verte et ses projets annexes. Au-delà de la défense écologique du milieu sahélien, des activités à visées économiques pour les habitants ont été prévues dès le départ du projet. Et à Widou, les retombées sont là selon Pape Waly Gueye, le directeur de l’AGMV :

Le directeur de l'agence de la grande muraille verte

2 min

Des 2 côtés de la barrière qui protège une parcelle
Des 2 côtés de la barrière qui protège une parcelle
© Radio France - Sophie Bécherel

A découvrir en ligne :

- L’Observatoire Hommes-Milieux créé par le CNRS pour observer en temps réel l’impact de la Grande Muraille Verte

- La science et la grande muraille verte. Film du CNRS de 2016

- La Grande muraille verte. Film du CNRS de 2010

- La Grande Muraille verte trace doucement son chemin au Sénégal. Le Monde. Par Marion Guénard, le 19 avril dernier.

- La grande muraille verte : un espoir pour le Sahel. Cité des sciences, février 2015.

- L’agence panafricaine de la grande muraille verte

- Un document de synthèse émanant du gouvernement sénégalais sur la GMV

L'équipe