Prep ©Radio France - Antoine Marette
Prep ©Radio France - Antoine Marette
Prep ©Radio France - Antoine Marette
Publicité
Résumé

On l'appelle la PrEP, comme prophylaxie pré-exposition. Derrière ces mots scientifiques, une petite révolution dans la prévention du VIH : la possibilité de prendre une pilule pour ne pas être contaminé par le virus du SIDA.

avec :

Hugues Fischer (fondateur et ancien président d'Act up Paris), Yazdan Yazdanpanah (Infectiologue).

En savoir plus

Rediffusion de l'émission du 19/01/2018

Depuis deux ans en France, il est possible de prendre du Truvada, et maintenant même, le générique de ce médicament, pour rester séronégatif. Une alternative au préservatif pour certains. Un mirage pour d'autres qui montrent la PrEP du doigt : ce traitement préventif serait trop cher, trop lourd, il remettrait en cause trente ans de messages en faveur du préservatif, et surtout il ne protège pas des autres infections sexuellement transmissibles. Il y a désormais en France environ 7 000 personnes qui ont recours à la PrEP. 

Publicité

95% de ces Prepeurs comme on les appelle, sont des hommes gays ou bisexuels, car le nombre de contaminations par le VIH reste élevé dans cette population. La PrEP peut-être prise en continu, une pilule par jour, ou à la demande, avant et après les rapports sexuels. Elle est au moins aussi efficace que le préservatif. Et elle est prise en charge à 100% par la Sécurité sociale. 

Mais la PrEP a aussi des inconvénients. Elle ne protège pas des autres infections sexuellement transmissibles comme la syphilis, en recrudescence chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Elle coûte plus cher que le préservatif. C'est un traitement lourd qui peut avoir des effets secondaires. Et certains l'accusent d'influencer les comportements sexuels, pour simplifier, de ringardiser la capote.

Le Magazine de la rédaction "La PrEP est-elle la pilule miracle anti-VIH ?" est signé Antoine Marette.

En bonus : 

Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris 

La PrEP, c'est comme la pilule contraceptive : une pilule que l'on prend quand on est en bonne santé pour éviter une contamination par le virus du SIDA. 

Professeur Jean-Michel Molina

1 min

Hervé Latapie, militant gay

Hervé Latapie, militant gay
Hervé Latapie, militant gay
© Radio France - Antoine Marette

On ne parle plus du préservatif. [...] On va être obligés d'y revenir avec les IST, infection sexuellement transmissible.

Hervé Latapie

4 min

Xavier Héraud, journaliste à Hornet, une application de rencontre et un site d'information destiné aux homosexuels

Xavier Héraud
Xavier Héraud
© Radio France - Antoine Marette

Mon opinion sur la PrEP a changé. J'étais sceptique d'abord. Quand elle a été mise en place, ma crainte était que les gens se détournent du préservatif. Mais le travail pédagogique qui a été fait, c'est de dire que c'est un outil supplémentaire. Deux ans après, cela semble plutôt bien fonctionner.

Xavier Héraud

2 min

Antoine, 27 ans, Prepeur

Je suis acteur de ma sexualité en réduisant les risques au maximum. Quand je suis arrivé à Paris, j'ai eu des prises de risques. C'est un ami qui m'a parlé de la PrEP, et je suis plus serein désormais. 

Antoine

2 min

9 min
58 min
11 min
Références

L'équipe

Aurélie Kieffer
Aurélie Kieffer
Aurélie Kieffer
Production
Annie Brault
Réalisation
Micro France Culture
Micro France Culture
Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration
Antoine Marette
Journaliste