Publicité
En savoir plus

C'est un petit pays, qui fait à peine la moitié de la taille d'Israël , mais dont la diversité a toujours impressionné les visiteurs.

Diversité des paysages, entre mer et Mont Liban : la montagne blanche qui domine de ses 3000 mètres le Proche-Orient et qui fut le refuge des premiers Chrétiens maronites au VIIIe siècle.

Publicité

Diversité des hommes aussi. On parle de 22 communautés ethniques et de 17 groupes religieux , sur un territoire minuscule. Rien que chez les Chrétiens, on trouve les grecs-orthodoxes, les jacobites, les arméniens-grégoriens, les nestoriens et une dizaine d’églises évangéliques.

Cette mosaïque : chrétienne , *musulmane * et juive a tenté un partage millimétré du pouvoir sur une base très égalitaire après 1943, année de son indépendance.

Mais la guerre civile des années 70 a duré 15 ans. Depuis l'accord de Taëf,** les institutions restent divisées sur une base religieuse** , et la cohabitation semblait (à nouveau) presque paisible.

Seulement, le drame syrien qui se joue derrière les 375 km de frontière commune, menace ce fragile équilibre .

Tank libanais patrouillant dans le quartier sunnite de Tripoli, voisin du quartier alaouite, après des heurts.
Tank libanais patrouillant dans le quartier sunnite de Tripoli, voisin du quartier alaouite, après des heurts.
© Reuters - Stringers

Afin de mieux comprendre comment cet équilibre est menacé, direction le nord du Liban .

Une région qui subit malgré elle les violences de la Syrie voisine. Les accrochages entre les armées des deux pays sont réguliers. Ils font parfois des morts. Le pilonnage de la frontière depuis le côté syrien a fait à ce jour une trentaine de victimes côté libanais.

**Comment vivent les habitants près de cette frontière ? **

La correspondante de Radio France au Liban, Valérie Crova, s’est rendue dans trois villages : l’un est chrétien , l’autre **sunnite ** et le dernier alaouite .

Trois confessions représentatives également du conflit dans la Syrie voisine et qui réagissent de façon très différente.

Pour écouter et commenter ce magazine nous sommes avec, Joseph Bahout, professeur de à Sciences Po Paris et Ghassan Izzi, professeur de Sciences Politique à l'Université libanaise de Beyrouth .

Au Liban , en raison de la forte présence de la diaspora syrienne, une cohabitation entre pro et anti Bachar al-Assad s'est formée, entraînant de vives tensions. Un reportage de Laeticia Soudy , réalisé en juillet dernier pour BFMTV à Tripoli , dans le nord du pays :