Publicité
En savoir plus

Bien des mystères entourent encore le génocide perpétré au Rwanda . A commencer par le tout premier acte : le tir qui a abattu l’avion du Président Habyarimana , c’était le 6 Avril 1994 .

Un Magazine de la Rédaction avait été consacré à cette énigme : d’où est parti le missile qui a causé cet attentat, prélude** au massacre de près d’un million de Tutsis et de Hutus modérés** .

Publicité

La thèse qui incriminait le Front Patriotique Rwandais , le FPR dirigé par** Paul Kagamé** , a été tout récemment chamboulée par un rapport d’expertise.

Au point que le juge Trévidic privilégie désormais l’idée, l'hypothèse, d’un missile partant du camp de Kanombe, contrôlé cette fois par l'armée rwandaise et la garde présidentielle, donc par des extrémistes « Hutus » qui auraient voulu assassiner « leur » président.

De gauche à doite : Gilda et Alain Didot  et enfin Jean-Paul Maïer
De gauche à doite : Gilda et Alain Didot et enfin Jean-Paul Maïer
© Radio France

Mais ce mystère est loin d’être le seul. Parmi les zones d’ombres jamais éclaircies, figure le meurtre de deux gendarmes français en poste à l’époque à Kigali.

L’adjudant-chef Alain Didot , affecté à la mission d’assistance militaire auprès de la Gendarmerie Rwandaise. Il était responsable du matériel radio et vivait au Rwanda avec son épouse Gilda , depuis 1992.

Et l’adjudant chef Jean-Paul Maïer , arrivé plus récemment dans le pays. Un spécialiste de la police judiciaire affecté lui aussi aux transmissions radios.

Les corps des trois Français ont été retrouvés les 12 et 13 avril 1994 dans le jardin de la villa des Didot. Leur mort remonte sans doute au 8 avril.

Qui a tué ces 3 Français ?

Dans quel but, et comment ?

Aucune enquête n’a jamais été ouverte, et * les familles que nous allons entendre pour la première fois s’exprimer, ont toujours été dissuadées de porter plainte* .

"Le Mystère Didot et Maïer" , c’est un magazine signé Laure de Vulpian.

Pour écouter, et commenter ce magazine, l’historien Marcel Kabanda .

Les deux hommes, Alain Didot ** et Jean-Paul Maïer** , étaient des coopérants militaires en mission auprès de la gendarmerie rwandaise. Avec eux, Gilda , l'épouse d'Alain Didot. Leurs corps ont été retrouvés, sommairement enterrés, dans le jardin de la villa des Didot.

Depuis, toutes sortes d'informations et de rumeurs, vraies et fausses, circulent. Laure de Vulpian a enquêté :

Écouter

1 min