Au total, près de 200 vaccins sont développés tous azimuts en ce moment dans le monde, et chaque laboratoire fait sa promotion.
Au total, près de 200 vaccins sont développés tous azimuts en ce moment dans le monde, et chaque laboratoire fait sa promotion.
Au total, près de 200 vaccins sont développés tous azimuts en ce moment dans le monde, et chaque laboratoire fait sa promotion. ©Getty - Avishek Das/SOPA Images/LightRocket
Au total, près de 200 vaccins sont développés tous azimuts en ce moment dans le monde, et chaque laboratoire fait sa promotion. ©Getty - Avishek Das/SOPA Images/LightRocket
Au total, près de 200 vaccins sont développés tous azimuts en ce moment dans le monde, et chaque laboratoire fait sa promotion. ©Getty - Avishek Das/SOPA Images/LightRocket
Publicité
Résumé

Dans la course mondiale au vaccin contre la covid, efficacités économique et médicale sont-elles nécessairement contradictoires ? Création d'un Ministère de la mer, extension du territoire maritime et développement des énergies renouvelables peuvent-ils faire croire en un "XXIème siècle maritime" ?

avec :

François Daniel (doctorant en droit du travail maritime, membre de l’association Cluster Maritime France), Els Toreele (scientifique biomédicale et défenseuse de l'accès à l'innovation médicale, a travaillé avec Médecins Sans Frontières, l’Open Society Foundations et l'initiative "Drugs for Neglected Disease".), Julia Tasse (chercheuse à l'IRIS), Pauline Londeix (Militante à Act Up-Basel et à ITPC au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), Sylvain Roche (doctorant en économie de l'innovation à l’Université de Bordeaux sur la les énergies marines et la croissance bleue), Antoine Flahault (Professeur et directeur de l’Institut de santé globale de Genève).

En savoir plus

Première partie : Covid-19 : quels seront les gagnants de la course aux vaccins ? 

Avec Pauline Londeix, co-fondatrice de l’Observatoire Transparence Médicaments, Els Toreele, scientifique biomédicale et Antoine Flahault, directeur de l'Institut de Santé Publique à l'Université de Genève, ancien directeur de l’EHESP

Journée fructueuse que celle d’hier pour les laboratoires Sanofi et GSK : la Commission européenne, d’abord, a réservé auprès de ce duo franco-britannique 300 millions de doses d’un potentiel vaccin contre la Covid-19… Les Etats-Unis un peu plus tôt lui avaient promis jusqu’à 2 milliards de dollars pour les 100 millions de doses réservées. 

Publicité

Mais quels sont les critères fixes par les Etats, pour favoriser un laboratoire plutôt qu’un autre? Dans la course aux vaccins que se disputent une centaine d'enseignes, de la petite start-up à la multinationale, il se trouve que Sanofi n’est pas la plus proche de la "ligne d’arrivée". Moins, en tout cas, que l’américain Moderna qui annonçait en début de semaine passer en dernière phase de test. 

Comment se décident ces pré-commandes massives des Etats? Les caractéristiques des vaccins, leurs conséquences sur la santé publique et leur accès à tous, sont-ils des critères aussi déterminants que le soutien financier accordé aux laboratoires ? 

Quels seront les gagnants de la course aux vaccins ? 

Le potentiel éolien en mer de la France est évalué par l'ADEME à 30 000 MW
Le potentiel éolien en mer de la France est évalué par l'ADEME à 30 000 MW
© Getty - Patrick Pleul/picture alliance

Seconde partie : Peut-on croire aux promesses de l'économie maritime ? 

Avec Julia Tasse, chercheuse à l’IRIS, Sylvain Roche, docteur en sciences économiques de l'Université de Bordeaux et François Daniel, doctorant en droit du travail maritime, membre de l’association Cluster Maritime français

Tout navigateur au long cours le sait : on ne peut pas se battre contre la mer. Il faut se battre avec, ou grâce à elle… En accepter a priori les règles du jeu. 

« Mer » rime difficilement avec « administration » et pourtant, elle dispose bien depuis un mois, d’un ministère tout à elle dédié. C’est Annick Girardin, ex ministre des Outre-mer, qui en a pris la barre… avec pour terrain de jeu, 11 millions de kilomètres carré d’espace maritime (quand la Chine en a 3,7)! De quoi dit le gouvernement développer encore « la croissance bleue ». Mais fût-elle bleue, la croissance peut-elle se faire sans détruire encore les fonds marins ? Peut-on croire aux promesses de l’économie maritime ?