Le président français Emmanuel Macron en face du Premier ministre  Edouard Philippe dirige le dernier conseil des ministres avant que le gouvernement ne parte en vacances. (3 août 2018)
Le président français Emmanuel Macron en face du Premier ministre Edouard Philippe dirige le dernier conseil des ministres avant que le gouvernement ne parte en vacances. (3 août 2018)
Le président français Emmanuel Macron en face du Premier ministre  Edouard Philippe dirige le dernier conseil des ministres avant que le gouvernement ne parte en vacances. (3 août 2018) ©AFP - Michel Euler / POOL
Le président français Emmanuel Macron en face du Premier ministre Edouard Philippe dirige le dernier conseil des ministres avant que le gouvernement ne parte en vacances. (3 août 2018) ©AFP - Michel Euler / POOL
Le président français Emmanuel Macron en face du Premier ministre Edouard Philippe dirige le dernier conseil des ministres avant que le gouvernement ne parte en vacances. (3 août 2018) ©AFP - Michel Euler / POOL
Publicité
Résumé

Le gouvernement et les partis font leur rentrée : quels sont les enjeux et les grands dossiers de cette année qui s'ouvre ? Et en seconde partie, direction l'Afghanistan, qui fait face à un regain de violence.

avec :

Pascal Perrineau (Politologue et professeur des Universités à Sciences Po, ancien directeur du CEVIPOF), Georges Lefeuvre (anthropologue spécialiste de l'Afghanistan et du Pakistan, ancien diplomate, consultant directeur de "Af-Pak Reserach"), Jean-Pierre Perrin (grand reporter à Libération), Stéphane Rozès (politologue, enseignant à Sciences Po et HEC, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives)).

En savoir plus

Macron An II : une rentrée sous tension

En cette rentrée politique, Emmanuel Macron va devoir composer avec une opposition réveillée par l’affaire Benalla mais largement affaiblie par le manque d’argent et d’idées. Pas de grand raouts cette année, l’heure est à l’austérité. Seuls les élus sont rassemblés à l’université d’été du PS à la Rochelle. Les Républicains font leur rentrée en ordre dispersé. Les Insoumis tentent d’incarner à eux-seuls l’opposition et la République en marche se cherche toujours un modèle.

Neuf mois avant  les élections européennes de mai 2019, le premier grand test pour la majorité, l’opposition peut-elle enfin se consolider ? Quels sont les nuages qui s’amoncellent pour Emmanuel Macron qui a d’ores et déjà prévenu que le rythme des réformes ne faiblirait pas ? 

Publicité

Avec Pascal Perrineau, politologue et professeur des Universités à Sciences Po, ancien directeur du CEVIPOF, et Stéphane Rozes, président de CAP, enseignant à Sciences Po et HEC.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La poudrière afghane

Les habitants afghans marchent près des maisons détruites après une attaque des talibans à Ghazni le 16 août 2018.
Les habitants afghans marchent près des maisons détruites après une attaque des talibans à Ghazni le 16 août 2018.
© AFP - ZAKERIA HASHIMI

L’Afghanistan a encore été frappée cet été par des attaques sanglantes. Cette semaine, c’est la capitale du pays, Kaboul, qui a été la cible de dizaines de tirs de roquette visant le palais présidentiel, et cela moins de deux semaines après un terrible assaut des Talibans sur la ville de Ghazni Quelques jours auparavant, le président Ashraf Ghani avait proposé une trêve aux rebelles. Cette escalade de violences intervient alors que des discussions sont en cours à Doha entre des représentants des talibans et des autorités américaines.

Alors, l’espoir de pourparlers de paix est-il à nouveau permis malgré la multiplication des attentats? La présence croissante de l’Etat islamique dans le pays change-t-elle la donne ? Et quel rôle peut jouer le nouveau premier ministre du Pakistan voisin, pays refuge des talibans ?

Avec Georges Lefeuvre,  chercheur associé à l'IRIS,  ancien diplomate et pendant huit ans  attaché politique à l'Union européenne au Pakistan et Jean-Pierre Perrin, journaliste et écrivain.

Pour en savoir plus

La page personnelle de Pascal Perrineau à SciencesPo

Un article sur Stéphane Rozès 

La page personnelle de Georges Lefeuvre à l'Iris

Références

L'équipe

Elisabeth Miro
Réalisation
Kristen Thomazeau
Collaboration
Marianne Chassort
Collaboration
Clémence Gross
Réalisation
Daphné Abgrall
Collaboration
Amélie Perrot
Collaboration
Catherine Donné
Collaboration
Alexandre Fougeron
Réalisation