Publicité
En savoir plus
Herman Melville
Herman Melville

Herman Melville © Domaine public

Par Simone Douek et Céline Ters

Publicité

« Pierre, à présent, commençait à distinguer des mystères entremêlés de mystères, et des mystères fuyant devant des mystères. » (* Pierre ou les Ambiguïtés * , H. M). Comme son héros - sur qui « les fausses tentatives des romans pour débrouiller et classifier les fils qu'ils tissent complaisamment à seule fin de les dissiper ensuite n'avaient plus aucun pouvoir » - Herman Melville tisse inlassablement des romans où les interrogations de l'esprit humain et les fils de la vie ne se trouvent jamais résolus. Melville est un grand interrogateur de l'univers. Herman Melville, qui appartenait à une famille provinciale respectable, exploitant les terres et menant une activité industrielle, prend un jour la mer, par lassitude et par mélancolie, laisse-t-il entendre. Jusqu'à l'âge de 25 ans, il connaît la navigation, sur des navires de commerce et surtout à bord d'un baleinier, expériences qui, comme on le sait, laisseront des traces sur son activité littéraire. De ses voyages dans les îles polynésiennes aux campagnes de chasse à la baleine, nombreux sont ses romans qui mettent en scène héros ou narrateurs dont les aventures au grand large seront la marque de l'écrivain ; la mer et les voyages se lisent aussi dans ses derniers poèmes, jusqu'alors non publiés en France, qui constituent un corpus où la langue de Melville nous révèle ses particularités, tout comme sonnent ses inventions verbales dans l'ensemble de son oeuvre. Car après ses expériences maritimes, il ne cesse d'écrire, et le temps de sa vie passé à naviguer est beaucoup plus court qu'on pourrait le penser. Comment suivre Melville, dans ses écrits où affleure l'autobiographie, alors que résonne à nos oreilles le grand flux de la mer, alors qu'il dérive dans les méandres de la pensée au coeur même des plus grandes aventures et des actions les plus palpitantes, alors qu'il nous surprend aussi par des récits « terriens », tels * Pierre ou les Ambiguïtés * , ou l'énigmatique * Bartleby * dont l'unique réponse aux questions qu'on lui pose est cette phrase laconique : "* I would prefer not to* ... Je préférerais ne pas... ?"

Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Gilles Minot
Collaboration
Pascale Dassibat
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration