Karl Kraus (1874-1936) ou les colères de la pensée.

France Culture
Publicité
Avec
  • Gerald Stieg
  • Jean-François Laplénie spécialiste de l'Allemagne et de l'Europe centrale
  • Hans Schwarzinger
  • Karl Kraus
  • Jacques Bouveresse Professeur honoraire au Collège de France, chaire de Philosophie du langage et de la connaissance (1995-2010), il a publié de nombreux ouvrages de philosophie du langage et de la connaissance, mais aussi sur des écrivains comme Musil et Kraus.

par : **Christine Goémé ** réalisation : **Annie Douel ** **Ecrivain et penseur viennois, Karl Kraus est un homme en colère. Auteur des Derniers jours de l’humanité , il diagnostique dans cette pièce de 800 pages (traduite et parue chez Agone) les conséquences de la guerre de 14 sur la civilisation européenne. ** Homme d’une revue, il publiera Die Fackel (Le Flambeau) de 1899 à 1936. Cette revue était crainte par le monde intellectuel et par les journalistes : il y pratiquait une violente satire culturelle. Kraus y relevait des phrases, des articles ou des idées qu’il commentait avec une grande force d’analyse et une belle dose d’humour. Il eut évidemment de nombreux ennemis…. Sa fortune personnelle le rendit indépendant de tous les pouvoirs, et il fut le premier à comprendre ( Troisième nuit de Walpurgis ed. Agone) le danger nazi. Très cultivé et brillant, il fut proposé pour le prix Nobel par les savants français qui l’admiraient. Son œuvre n’a pas pris une ride : comment n’être ni un salaud, ni un complice des salauds ? Elle redonne du corps à la question : qu’est-ce, vraiment, que la culture ?

L'équipe