France Culture
France Culture
Publicité

Ecrits intimes 1968 © Gallimard

par Philippe Garbit Réalisation Jean-Claude Loiseau *Un libertin au regard froid * : la formule est connue, qui résume bien l’homme et l’écrivain Roger Vailland –le résume mais ne le raconte pas. Pour connaître la vie de Roger Vailland -1907/1965- il suffit de lire ses romans, ses essais. Les « Saisons » de sa vie, censées se succéder, nourrissent son œuvre et l’on retrouve chez le Narrateur ou le Héros apparaissant sous différentes identités (Marat, Milan, Duc…), celui qui, tour à tour, fut surréaliste, drogué, journaliste, alcoolique, résistant, militant, romancier, dramaturge, scénariste… Les romans racontent la Résistance Drôle de jeu , Prix Interallié 1945, *l’Amour-Passion * s’abîmant dans la Haine (Les Mauvais coups ), le compagnonnage puis l’adhésion au PCF Bon pied bon œil, Beau Masque , la désillusion La Loi , Prix Goncourt 1957… Pour Vadim, Vailland « fait la pute » : le cinéma lui rapporte beaucoup d’argent -qu’il flambe immédiatement. L’Homme Souverain, le moraliste, le révolutionnaire, l’homme des ballets nocturnes –en compagnie d’Elisabeth, sa seconde épouse-, le militant qui « adore Staline » puis souffre le martyre quand il apprend ses crimes, en 1956, le styliste, l’homme de qualité à la façon du 18e siècle : c’est ce Roger Vailland que l’on veut (re)découvrir, un écrivain célèbre de son vivant, aujourd’hui trop oublié, qui, pas plus que l’Enfer, ne mérite le Purgatoire des Lettres…

Publicité

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Gilles Minot
Collaboration
Pascale Dassibat
Collaboration
Sophie Bober
Collaboration