Le robot humanoïde Zora est un robot utilisé dans plusieurs maisons de retraite en France ©Getty - BSIP / Contributeur
Le robot humanoïde Zora est un robot utilisé dans plusieurs maisons de retraite en France ©Getty - BSIP / Contributeur
Le robot humanoïde Zora est un robot utilisé dans plusieurs maisons de retraite en France ©Getty - BSIP / Contributeur
Publicité
Résumé

Alors que la génération des "baby boomers" va faire son entrée dans le grand âge, entraînant un basculement démographique en France, on s'interroge sur l'impact du numérique sur nos aînés. Le numérique peut-il réduire le phénomène d'exclusion sociale ? Que penser de la robotique dans les EHPADS ?

avec :

Nicolas Menet (auteur), Mélissa Petit (auteur), Jean-Gabriel Ganascia (professeur à la faculté des sciences de Sorbonne Université et Président du comité d’éthique du CNRS).

En savoir plus

Dans cette émission, François Saltiel traite de la Silver économie et de ses répercussions sociétales. Plus précisément, il s’agit du marché des plus âgés, ces séniles que nous deviendrons tous, une population galopante de plus en plus assistés, aidés, consolés par les innovations technologiques.

Les robots, compagnons, entrent dans les foyers ou les maisons de retraite. Le numérique s’installe au chevet des anciens, qui sont parfois nés avec l’idée du progrès. Quelles problématiques éthiques soulèvent l’utilisation de la robotique auprès des personnes âgées ?

Publicité

Et à côté de cette belle promesse, n’y a-t-il pas un risque de déshumanisation ?

Des questions passionnantes avec Jean-Gabriel Ganascia, philosophe spécialiste de l'Intelligence Artificielle, Nicolas Menet, directeur général du pôle d'innovation européen Silver Valley et auteur de Construire la société de la longévité (Ed. Eyrolles, 2019) et Mélissa Petit, docteure en sociologie spécialisée sur la thématique du vieillissement, pour y répondre !

Qu'est-ce que la Silver Economie ?

Aujourd’hui, la technologie vient en aide aux personnes âgées. L’intelligence artificielle, les robots, accompagnent les retraités dans leurs quotidien en leur proposant divers services. Nicolas Menet, directeur général du pôle d'innovation européen Silver Valley, nous explique comment la Silver économie a été fondée. “La Silver économie a été créée en 2013 par deux ministres et surtout sous l'impulsion de Michèle Delaunay qui était ministre de l'autonomie sous François Hollande, qui a très vite identifié que la somme des consommations et des besoins pouvait réellement apporter quelque chose à l’économie. C'était l'idée de créer un nouveau marché complètement novateur, qui pouvait émerger sur les besoins des personnes âgées pour la longévité au sens large.”

Le concept de Silver Economie a néanmoins pu véhiculer le stéréotype d'une personne âgée perçue par le prisme unique de son pouvoir d'achat, homogénéisant la grande catégorie des personnes âgées. C'est ce qu'explique la docteure en sociologie Mélissa Petit “Le terme de Silver Economie a fait que nous percevons les plus âgés comme des consommateurs et comme des personnes en perte d’autonomie. On suppose de l'homogénéité alors que ces personnes sont plurielles, venant de générations différentes, ayant un caractère dissemblable et un rapport à la technologie hétérogène."

La Tech et les personnes âgées : un apport positif ?

Le philosophe spécialiste de l'intelligence artificielle Jean Gabriel Ganascia, voit en la technologie quelque chose de très bénéfique pour les plus âgés. “Il est important de dire que la technologie peut avoir des effets très positifs. En effet, l’utilisation d’un smartphone peut avoir un effet très stimulant chez les personnes âgées. Cela permet de les maintenir en éveil et de ce point de vue là, c’est très positif.”

Le directeur du pôle d'innovation Silver Valley, Nicolas Menet, nous fait observer que l’apport du numérique est aujourd’hui perçu comme quelque chose de nécessaire chez les seniors. “La plupart des personnes âgées identifient le numérique comme un pilier. À cela s’ajoute, l’idée de la souveraineté : les seniors sont des gens qui se sont battus toute leur vie pour leur liberté individuelle. Ainsi, cette autonomie numérique est fondamentale pour eux, ils considèrent le progrès comme capital dans leur vision et leur approche de la vie. On a donc un terreau très favorable au numérique, perçu comme un pilier du vieillissement actif et positif.”

Les invité(e)s

Jean-Gabriel Ganascia, Professeur d’informatique à la faculté des sciences de Sorbonne Université et membre senior de l’Institut Universitaire de France

Nicolas Menet, directeur général du pôle d'innovation européen Silver Valley et auteur de Construire la société de la longévité (Ed. Eyrolles, 2019)

Mélissa Petit, docteure en sociologie spécialisée sur la thématique du vieillissement

Une émission en partenariat avec Numerama. Retrouvez chaque semaine les chroniques de Marie Turcan et Marcus Dupont-Besnard.

En lien avec la chronique de Marcus Dupont-Besnard, retrouvez le formulaire à remplir ! https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfroo5csa5ZZsx9ysjS8vO9BihmV6SLnKUCNNKdA8oSgt6zWQ/viewform