Des responsables religieux s'impliquent dans l'écosystème des nouvelles technologies pour mener une veille "éthique" en accord avec les valeurs religieuses ©Getty - Eddie Gerald
Des responsables religieux s'impliquent dans l'écosystème des nouvelles technologies pour mener une veille "éthique" en accord avec les valeurs religieuses ©Getty - Eddie Gerald
Des responsables religieux s'impliquent dans l'écosystème des nouvelles technologies pour mener une veille "éthique" en accord avec les valeurs religieuses ©Getty - Eddie Gerald
Publicité
Résumé

Peut-on être un technophile convaincu et croire en Dieu ? Comment concilier valeurs chrétiennes et écosystème ultra-concurrentiel et individualiste de la Silicon Valley ? Entretien avec le spécialiste au numérique du Vatican, Eric Salobir.

avec :

Eric Salobir (Prêtre et président d’Optic, réseau de recherche et d’action de l’Ordre des Dominicains pour les nouvelles technologies).

En savoir plus

Au lendemain de la fête chrétienne de l’ascension, François Saltiel consacre une émission spéciale autour du dialogue entre l’Eglise et les nouvelles technologies.

Comment l’institution perçoit-elle le progrès, comment fait-elle corps avec les nouvelles technologies pour communiquer et communier avec ses fidèles ? Comment les architectes de la Silicon Valley sont habités par la notion du sacré, quitte parfois, à sombrer dans une posture démiurgique ?

Publicité

Quelle est la portée de la croyance, valeur centrale que nous retrouvons ancrée dans ces deux mondes, du Vatican à San Francisco ? En un mot et en une question, peut-on croire en Dieu et aux nouvelles technologies ? Pour répondre à ces questions, Eric Salobir, prêtre, consultant auprès du Saint-Siège sur les questions de technologies et président d’OPTIC, le réseau de recherche et d’action de l’Ordre des Dominicains pour les nouvelles technologies, est l’invité de cette émission.

Concilier amour de Dieu et des nouvelles technologies

Si la religion et les nouvelles technologies semblent appartenir à deux mondes que tout oppose, le parcours d'Eric Salobir, prêtre dominicain technophile, nous prouve le contraire : “Pour ce qui est de la technologie, j’ai toujours été très attiré par l’idée de coder sur un PC et de faire partie d’un club où l'on invente des choses. Je ne dirai donc pas que je me suis converti car cela m’a toujours beaucoup plu.”.

Avant d'entrer au sein de l'Ordre des Prêcheurs (plus connu sous le nom d'ordre dominicain), Eric Salobir a exercé au sein d'une banque, il nous explique : “Travailler dans une banque m’a appris beaucoup de choses en termes d’affaires. Ce qui m’a particulièrement plu, c'était d’être en contact avec ceux qui bâtissaient l’économie. Mais il manquait la vraie joie et l’espérance.”

La rencontre entre deux mondes

En 2013, Eric Salobir est nommé Consulteur auprès du Saint-Siège au Vatican, sur les questions liées aux technologies et aux médias. “Mon rôle est d’apporter un regard, un conseil sur toutes les questions liées à la technologie et aux médias numériques. Je dois aussi établir des ponts afin que des gens de la technologie et du monde du business puissent initier des dialogues."

L’Église a aussi su se renouveler et faire corps avec les nouvelles technologies. On l’observe avec la notoriété du Pape François, qui sur twitter, fait partie des personnalités les plus suivies. Ou encore, par le biais de Pierre Mathieu, un prêtre devenu star sur Tiktok, comptabilisant plus d'un million d'abonnés. Eric Salobir nous partage sa vision. “Ce qui est génial, c'est d’être capable d’entendre les questions que se posent actuellement les jeunes. En agissant ainsi, je pense qu’on est porteur d’une bonne nouvelle. Néanmoins, il ne faut pas essayer d’imposer son avis. La question c’est, de quoi avez-vous besoin ?”.

L'invité

Eric Salobir, prêtre, consulteur du saint siège sur les questions de technologies et président d’OPTIC, l réseau de recherche et d’action de l’Ordre des Dominicains pour les nouvelles technologies

Références

L'équipe

Juliette Devaux
Collaboration
Anna Holveck
Réalisation
Delphine Lerner
Stagiaire