Viva Tech, la salon de l'innovation et du progrès illustrant le changement de nos habitudes ©Getty - Chesnot
Viva Tech, la salon de l'innovation et du progrès illustrant le changement de nos habitudes ©Getty - Chesnot
Viva Tech, la salon de l'innovation et du progrès illustrant le changement de nos habitudes ©Getty - Chesnot
Publicité
Résumé

A l'occasion du salon international de la technologie "Viva Technology", qui se déroule du 15 au 18 juin 2022 à Paris, Le Meilleur des mondes interroge les nouvelles technologies au prisme de la philosophie. Que font les nouvelles technologies à notre manière d'appréhender le monde ?

avec :

Pierre Cassou-Noguès (Professeur de philosophie à l'université Paris-8).

En savoir plus

Dans cette émission, François Saltiel propose de s'intéresser à l’un des plus grands salons de technologies européen: Viva Tech, qui a lieu à la porte de Versailles et qui prendra fin demain.

C’est 45 000 mètres carrés pour 2000 exposants et une certaine idée du progrès. Reste à savoir si celle-ci est souhaitable et comment cette conception dessine nos imaginaires, notre existence et le futur de l’humanité.

Publicité

Pour questionner ce progrès à tout crin, on accueille un philosophe: Pierre-Cassou-Noguès, auteur de la « bienveillance des machines », il apportera son regard sur les transformations qu’induisent ces machines, plus ou moins complexes et intelligentes. Il sera également invité à réagir aux propos que nous avons recueillis à Viva Tech grâce au micro de Juliette Devaux.

Voyage d’un philosophe à Viva Tech ? C’est la promesse de ce numéro spécial du meilleur des mondes.

Les innovations technologiques et l'ouverture de nos imaginaires

Le salon de technologies VivaTech est un évènement international organisé pour promouvoir les dernières innovations dans le secteur du numérique et des nouvelles technologies. Pour le philosophe, Pierre Cassou-Noguès, s'intéresser aux nouvelles technologies et projeter leurs impacts potentiels sur nos vies est un moyen intéressant de questionner notre présent. "Selon moi, ces fictions ouvrent des possibles en un sens très large. Il y a peut-être des machines qui n'existeront jamais pour différentes raisons, mais le seul fait de les imaginer, c’est déjà un changement dans nos vies.", explique-t-il.

Si les nouvelles technologies ouvrent des possibles, leur prolifération présente aussi certains risques : la course à l'innovation technologique incite à exploiter toujours plus les ressources naturelles, contribuant ainsi au dérèglement climatique. Le philosophe Pierre Cassou-Noguès évoque la propension à s'étendre des machines : "Je me défends d'être technophobe, sauf sur cette question du changement climatique. Samuel Butler, un romancier britannique du 19ème siècle, met en évidence une tendance à l’extension des machines. C’est l’idée que les machines ont tendance à s'étendre comme le vivant a tendance à évoluer. Une chose que mon téléphone portable ne me dira jamais c’est: «jette moi à la poubelle». Il me dira peut-être, « remplace-moi par un modèle plus performant», mais ne me dira pas «déconnecte toi, et arrête de m’utiliser». En un mot, il ne peut s’autodétruire. (...) Dans ce désir d’évoluer, ces machines ne peuvent pas prévoir le précipice."

Les technologies à l'assaut de notre temps et de nos sensations

Aujourd’hui, les machines nous accompagnent partout. Que ce soit à notre réveil, durant notre déjeuner ou encore avant de dormir, nous utilisons les machines pour nous nourrir, pour travailler ou encore pour nous divertir. Pierre Cassou-Noguès, analyse nos nouvelles manières de vivre. "On remarque que les téléphones portables se sont infiltrés dans chaque poche et que quasiment chaque humain, peu importe les pays et les conditions socio-économiques, en possèdent. Mais ils se sont surtout infiltrés dans le temps : des études montrent factuellement que nous utilisons nos téléphones de plus en plus longtemps et que nous dormons de moins en moins. Les écrans colonisent véritablement notre temps ainsi que les moments biologiques de notre temporalité."

Les machines qui viennent coloniser notre temporalité peuvent aussi venir transformer radicalement la manière dont nous vivons individuellement. Pour évoquer les transformations induites dans nos intériorités par l'usage des machines, Pierre Cassou-Noguès a théorisé un concept, le "syndrome du thermomètre" qui consiste à s'en remettre à nos objets connectés pour nous connaître. Il explique : "Je suis censé connaître mon humeur de façon immédiate, je suis censé savoir si je me sens anxieux, heureux ou triste. Néanmoins, si la machine dit que je suis triste alors que je me sens seulement fatigué, on pourra dire que je mens. Ou on peut se dire que je suis de bonne foi et que la machine s’est trompée. C’est finalement une question de foi dans la machine. Pour que cela fonctionne, la seule question est de savoir si nous avons suffisamment foi dans la machine pour accorder nos vies aux humeurs que détermine la machine."

L'invité :

Pierre Cassou-Noguès, professeur de philosophie à l’université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, auteur de la Bienveillance des machines, comment le numérique nous transforme à notre insu (Ed. Du Seuil, 2022) et Technofictions (Ed. Du cerf, 2019)

Une émission en partenariat avec Numerama. Retrouvez chaque semaine les chroniques de Marie Turcan et Marcus Dupont-Besnard.

Références

L'équipe

Juliette Devaux
Collaboration
Delphine Lerner
Stagiaire
Marie Turcan
Chronique