France Culture
France Culture
Publicité

**LA GRÈVE DES AVOCATS VOUS INSPIRE UNE REFLEXION SUR LES INVESTISSEMENTS EN DIRECTION DE CEUX QUI S’OCCUPENT DES PLUS VULNÉRABLES **

Oui, je vais essayer d’être claire! La grève des avocats concerne l’aide juridictionnelle, cette disposition qui permet aux citoyens dont les revenus sont inférieurs à 941€ (ce qui correspond au seuil de pauvreté) de faire prendre en charge intégralement par l’Etat leurs frais de procédure estimés chichement.

Publicité

Christiane Taubira a eu l’étrange idée de proposer de piquer dans la caisse des avocats, la CARPA pour financer cette aide: ce serait aux avocats d’assumer les frais de l’accès au droit pour tous que l’Etat est censé garantir! Si j’ai bien compris, la CARPA (ou caisse de règlement pécuniaire des avocats) reçoit la dotation financière de l’Etat destinée à l’aide juridictionnelle mais surtout l’argent de toutes les transactions entre un avocat et ses clients. Cet argent, placé, rapporte des dividendes que Christiane Taubira voulait ponctionner avant d’y renoncer.

ET POURTANT, LA GRÈVE A CONTINUÉ

La réforme prévoit également de revaloriser le plafond de ressource permettant à 100.000 foyers supplémentaires de bénéficier de l’aide juridictionnelle selon un barème qui varie en fonction des ressources. Mais dans le même temps, le seuil de rétribution des avocats qui est déjà franchement indigne, serait « homogénéisé » à la baisse.

Dans son blog sur le site rue89/l’Obs, l’avocate Laure Heinich s’indigne avec la vigueur qu’on lui connaît de l’absence de réaction de la garde des Sceaux aux violences policières qu’ont subi les avocats en robe qui manifestaient devant certains Palais de justice. Pis encore : pendant la grève des avocats, les comparutions immédiates continuent sans que la défense soit assurée. Les personnes déférées acceptent d’être jugées sans avocat car sinon, elles retournent en prison en attendant une nouvelle audience. En matière de choix libre, on peut faire mieux.« Que les audiences continuent de se tenir en l’absence d’avocats en dit long sur la considération de la justice pour ses avocats et donc pour elle-même » conclut Laure Heinich.

EST-CE QUE VOUS CONNAISSEZ D’AUTRES SITUATIONS SIMILAIRES ?

Par association d’idée, l’aide juridictionnelle m’a fait penser à toutes sortes de situations que je connais où ceux qui s’occupent des plus vulnérables sont les plus mal lotis, soit au niveau de leurs salaires, soit par les moyens dont ils disposent. Au plus proche de mon métier, la pédopsychiatrie est la parente pauvre de toutes les spécialités médicales, psychiatrie adulte comprise, tant au niveau de ses moyens que pour la part de la recherche qui lui est consacrée. En particulier la pédopsychiatrie de proximité où les enfants sont pris en charge sans rien avoir à débourser. Depuis des années, la fréquentation de ces centres augmente tandis que les moyens diminuent. Cherchez l’erreur.

Je pense aussi aux assistantes maternelles et au personnel des crèches. On a longtemps pensé qu’il suffisait d’avoir des enfants, voire de déclarer « aimer les enfants » pour être capable de s’occuper des enfants des autres. Ce n’est heureusement plus le cas mais la professionnalisation et l’augmentation des salaires qui devrait aller avec n’est pas à l’ordre du jour.

Je pense aussi au secteur hospitalier où la qualité des soins repose certes sur la technicité mais aussi sur le personnel hospitalier dont les salaires ne correspondent pas aux efforts qui leur sont demandés.

À l’Education nationale dont on attend tout, les enseignants, quel que soit le cycle où ils enseignent et surtout en début de carrière sont parmi les plus mal payés d’Europe. Ils viennent juste devant la Pologne, la Hongrie, l’Estonie et la Grèce mais loin derrière l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie ou les pays nordiques.

Je ne vais pas passer en revue tous les secteurs, toutes les associations qui s’occupent des plus démunis. On apprend chaque année que leurs dotations se réduisent alors que l’égalité et l’intérêt à long terme serait d’aller dans le sens contraire.

MAIS CAROLINE, VOUS SAVEZ BIEN QUE L’ETAT N’A PLUS D’ARGENT …

Oui, je le vois à ma feuille d’impôts ! je ne me plains pas mais dans un monde idéal, j’aimerais que les plus vulnérables et ceux qui s’en occupent soient privilégiés.

Les réactions enthousiastes à l’annonce du prix Nobel de médecine 2015 apportent de l’eau à mon moulin : il a été attribué à trois spécialistes des maladies parasitaires des pays pauvres pour leur découverte de médicaments qui sauvent des populations entières. Ces maladies mortelles ou handicapantes touchent un milliard de personnes dans le monde dans une indifférence quasi générale et un manque de financement chronique pour la recherche.

Ça vous paraît peut-être loin de l’aide juridictionnelle mais c’est le même mécanisme : les professionnels qui s’occupent de ceux qui par leur âge, la précarité de leur statut social ou leur lieu de naissance sont les plus vulnérables sont eux aussi vulnérables. Je ne sais pas si on doit appeler ça de l’indifférence.

Le blog de Laure Heinich :

http://rue89.nouvelobs.com/blog/derriere-le-barreau/2015/10/23/les-avocats-lamende-235062