France Culture
France Culture
Publicité

Le troisième procès d’Outreau qui a commencé à Rennes le 19 mai dernier était annoncé depuis 2013. Dans le box des accusés Dany Legrand, 33 ans, acquitté en appel en 2005. Comment peut-on le juger alors qu’il a été acquitté ?

Daniel legrand et ses avocats au cours du troisième proces Outreau.
Daniel legrand et ses avocats au cours du troisième proces Outreau.
- Lefebvre

Dany Legrand a eu la mauvaise idée de devenir majeur pendant la période des faits poursuivis. Décision a été prise de le juger comme majeur avec les autres inculpés pour les faits postérieurs à sa majorité. Le procès actuel concerne les même faits mais pendant la période où il était mineur. Ce procès aurait pu ne pas se tenir si le délai de prescription de 10 ans à compter d’octobre 2003 était passé sans rappel. C’était compter sans la requête de l’association « Innocence en danger » et du syndicat national des magistrats FO.

Publicité

Le dernier procès datant de dix ans a été une énorme fiasco, non ?

En effet : d’un réseau pédophile tentaculaire de plus de 70 personnes qui a tenu la France en haleine, on a abouti à une affaire d’inceste mettant en cause 2 familles et 12 enfants. En appel, sans compter les dommages collatéraux, deux couples ont été condamnés et treize personnes - dont Dany Legrand - acquittées, indemnisées et même fêtées par les plus hautes instances comme ça ne s’était jamais vu. Ce sont ces victimes de l’instruction menée par le juge Burgaud que l’on retient alors qu’on a tendance à oublier les enfants. Victimes d’abord de leurs parents ils le sont aussi de l’ensemble des institutions chargées de leur protection à chaque étape de leur vie : avant qu’ils ne dénoncent verbalement la maltraitance que leur comportement laissait fortement présager, pendant l’instruction où ils ont été auditionnés de façon chaotique de trop nombreuses fois sans jamais être filmés pendant les procès où leurs accusations se sont retournés contre eux : le manque de professionnalisme des adultes, incapables de lever l’équivoque entre une parole de vérité et un discours portant sur l’exactitude des faits, a éclaté pendant le procès mais on a retenu que les enfants avaient menti, une des façons de mettre en cause le juge qui avait déclaré « les enfants ne mentent pas ». Après les procès, les parcours de vie que l’on connaît des enfants Delay paraissent tout aussi chaotiques. On n’est donc pas surpris que devenus adultes, ils s’expriment. Notamment Cherif Delay dans un livre publié en 2011 où il écrit : « l’affaire d’Outreau il ne fallait pas en faire un boomerang et s’étonner ensuite qu’elle revienne de manière brutale et imprévue ». Ou Jonathan Delay qui a dit à la barre : « c’est nous qui avons été déclarés coupables de notre propre vécu, traités de menteurs et de mythomanes ». Cela paraît les avoir traumatisé davantage que les viols qu’ils ont subi.

Et alors, comment se passe ce procès ?

À lire et écouter les comptes-rendus des audiences, on se demande si la maltraitance institutionnelle n’a pas repris son cours : pour Dany Legrand, les témoins, tels le juge Burgaud, le policier chargé de l’arrêter, l’assistante maternelle d’un des enfants Delay réactivent cruellement les carences de l’instruction pour les enfants Delay qui attendent de ce procès ce qu’il est incapable de leur donner : la restauration de la dignité de leur parole.

Mais que disent ceux qui ont voulu que ce procès se tienne ?

À ma connaissance, le syndicat des magistrats FO ne s’est pas exprimé sur ses motivations. La présidente d’Innocence en danger, Homeyra Sellier a relancé le processus, sans en avertir les enfants Delay qui n’en demandaient peut-être pas tant. Madame Sellier défend l’honnêteté de sa démarche en déclarant sans avoir l’air de se rendre compte que ses raccourcis abrupts la décrédibilisent: « si des enfants disent j’ai été violé par X, cette personne doit être jugée ».

C’est la même association qui a financé le film contestable de Serge Garde « Outreau l’autre vérité ». Les autres associations de protection de l’enfance, soucieuses de la prise en compte de la parole des enfants, se sont désolidarisées ne voyant que des inconvénients à la tenue de ce troisième procès.

Depuis quelques temps, on assiste notamment sur internet à une croisade morale au nom de la lutte contre la pédophilie et l’inceste érigés en fléau moral. Au mépris des enquêtes et décisions de justice, certains pensent qu’on a sauvé des pédocriminels qui ont violé et tué des enfants et n’ont de cesse de rouvrir le dossier coûte que coûte, vilipendant au passage les médias, la police et la justice. L’instruction contestée du juge Burgaud et les parts d’ombre qu’elle conserve laissent prospérer l’idée selon laquelle tout serait vrai. Ce n’est pas la retombée la moins grave du fiasco judiciaire. On ne peut reprocher aux enfants Delay d’aller vers ceux qui prétendent les écouter mieux qu’ils ne l’ont été mais on ne peut manquer de s’interroger sur qui sont ces justiciers, au nom de quels principes et en vertu de quels intérêts ils mènent leur combat.

Contrairement à ce que l’on entend parfois, un procès n’est pas fait pour avoir des vertus thérapeutiques. On peut néanmoins espérer qu’il n’ait pas d’effet pathogène. Dans le cas présent, il fallait y penser avant…

L'équipe