09 November 2021. Sans abri à Hamburg (ou n'importe où ailleurs) assis devant une vitrine de boutique en plein centre-ville
09 November 2021. Sans abri à Hamburg (ou n'importe où ailleurs) assis devant une vitrine de boutique en plein centre-ville ©Getty - Picture Alliance
09 November 2021. Sans abri à Hamburg (ou n'importe où ailleurs) assis devant une vitrine de boutique en plein centre-ville ©Getty - Picture Alliance
09 November 2021. Sans abri à Hamburg (ou n'importe où ailleurs) assis devant une vitrine de boutique en plein centre-ville ©Getty - Picture Alliance
Publicité

De quoi avons-nous besoin pour vivre décemment ? Des groupes de citoyens ont travaillé avec des chercheurs pour tenter d’estimer concrètement et monétairement le panier de biens et services nécessaire. Les résultats donnent à réfléchir

Traditionnellement, et pour permettre les comparaisons, le taux de pauvreté et les indicateurs traditionnellement utilisés pour mesurer la pauvreté sont établis par rapport à une norme de référence conventionnelle : le niveau de vie médian des ménages qui partage l’ensemble de la population exactement en deux moitiés. Le seuil de pauvreté officiel dans l’Union européenne est de 60% du revenu médian soit 1063 euros pour une personne seule en 2020. 

Or cet indicateur ne permet pas de définir précisément à partir de quel niveau de revenu on peut considérer que les personnes disposent des ressources nécessaires pour atteindre un mode de vie considéré comme décent

C’est la raison pour laquelle, en 2013, l’Observatoire National de lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion Sociale ( ONPES) a souhaité engager un travail visant à élaborer des "Budgets de référence", notamment en s’inspirant des travaux pionniers menés dans ce domaine au Royaume-Uni. Le projet consistait à réunir des groupes de citoyens afin d’élaborer un consensus sur le contenu du panier de biens et services nécessaire en France pour vivre décemment. Les résultats des groupes de discussion étaient ensuite soumis aux avis d’experts des différents domaines avant d’être à nouveau examinés par des groupes de citoyens. A la fin, on disposait donc à la fois de la composition du panier de biens et services nécessaire et d’un chiffre estimant le revenu minimum décent pour plusieurs catégories de ménages, étant entendu que les besoins identifiés ne se limitaient pas aux besoins considérés comme "vitaux", mais incluaient aussi les besoins jugés socialement nécessaires pour vivre décemment dans une société donnée. (…) 

Publicité

(…) Extrait de la chronique à écouter en intégralité dans cette page

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser