Un petit propriétaire de restaurant ouvrant à nouveau son restaurant
Un petit propriétaire de restaurant ouvrant à nouveau son restaurant
Un petit propriétaire de restaurant ouvrant à nouveau son restaurant ©Getty - 10'000 Hours
Un petit propriétaire de restaurant ouvrant à nouveau son restaurant ©Getty - 10'000 Hours
Un petit propriétaire de restaurant ouvrant à nouveau son restaurant ©Getty - 10'000 Hours
Publicité
Résumé

Pourquoi les entreprises se plaignent-elles de difficultés de recrutement alors que le chômage est encore élevé ?

En savoir plus

Depuis le mois de septembre 2021, les entreprises se plaignent de très fortes difficultés de recrutement. Comment s’expliquent ces dernières, alors que le chômage est encore élevé ? Une récente étude de la DARES qui s’intéresse aux difficultés de recrutement nous apporte des lumières pleines d’enseignement - à la Une des journaux ces dernières semaines, de nombreuses entreprises se plaignaient de ne pas pouvoir trouver la main d’œuvre dont elles ont besoin.

Une main d'œuvre difficile à trouver

L’étude confirme qu’en France - comme dans la plupart des pays européens - la part des entreprises qui signalent des difficultés de recrutement a retrouvé des niveaux proches de ceux d’avant crise dans la plupart des secteurs d’activité, de même que le chômage, qui s’établit à 8% au deuxième trimestre 2021 contre 8,1% à la fin de l’année 2019. L’étude rappelle que les phases d’expansion économique se traduisent par une hausse des difficultés de recrutement et une baisse du chômage, tandis que les phases de contraction ont des effets inverses. Mais depuis 2015, les difficultés de recrutement ont augmenté plus nettement, alors que la baisse du chômage était plus modérée.

Publicité

Des difficultés de recrutement en cinq facteurs

Comment s’explique les difficultés de recrutement ? L’étude énumère cinq grands facteurs :

  1. Le désajustement entre l’offre de travail (des travailleurs) et la demande de travail (des entreprises), en particulier lorsque les revenus de remplacement (chômage et minima sociaux) sont trop peu incitatifs à la reprise d’emploi relativement aux salaires versés par les entreprises.
  2. Une insuffisante mobilité
  3. Un nombre trop faible de personnes formées aux métiers qui recrutent.
  4. Des conditions de travail ou de salaire trop dégradées pour attirer des candidats.
  5. Des désajustements temporels, lorsque les employeurs renouvellent fortement leur main-d’œuvre et que les entreprises se retrouvent en concurrence entre elles parce qu’elles cherchent à recruter les mêmes demandeurs d’emploi.

En France, le dernier facteur a fortement joué à partir du mois de mai 2021, avec la réouverture de pans entiers de l’économie. Mais cette explication ne suffit pas (…).

L'intégralité de la chronique est à écouter en cliquant dans le haut de la page.

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

Suivre les chroniques de Dominique Meda, sur lemonde.fr