Graphique de l'économie : euros en espèces et flèche montante
Graphique de l'économie : euros en espèces et flèche montante
Graphique de l'économie : euros en espèces et flèche montante ©Getty - Javier Ghersi
Graphique de l'économie : euros en espèces et flèche montante ©Getty - Javier Ghersi
Graphique de l'économie : euros en espèces et flèche montante ©Getty - Javier Ghersi
Publicité
Résumé

Pourquoi ne peut-on pas laisser certaines banques faire faillite ?

En savoir plus

Dès 2009, à la suite de la crise financière, le G20 a préconisé d’identifier les d'institutions financières d'importance systémique, à savoir celles dont " la faillite désordonnée causerait des troubles importants au système financier dans son ensemble et à l'activité économique ". Cette identification au niveau mondial a été confiée au Conseil de stabilité financière. Celui-ci publie chaque année une liste de ces établissements, liste qui inclut entre 28 et 30 banques selon les années. Le Conseil de stabilité financière développe une méthodologie pour caractériser ces banques systémiques qualifiées d’institutions financières globales systémiquement importantes.

Cette méthodologie tient compte de la taille du bilan et des engagements hors bilan, de la complexité des activités, de l’importance des activités transfrontières, des interconnexions avec le reste du système financier, et de la substituabilité des services fournis par la banque.

Publicité

Une banque systémique n’est pas juste une banque plus grosse que les autres

Contrairement à l’expression too big to fail, c’est-à-dire trop grosse pour faire faillite, la taille n’est donc pas le seul critère de "systémicité" des banques. Une banque systémique n’est pas juste une banque plus grosse que les autres, et l’idée selon laquelle il existerait une sorte de continuum allant de banques de très grande taille à de petites banques est tout simplement fausse. Il y a en réalité une véritable rupture entre le business model des banques systémiques et celui des autres banques.  Les banques grossissent et deviennent systémiques par les activités de marché jamais par les activités de banque commerciale de prêts et de dépôts. A mesure que la banque devient systémique, elle déforme la structure de son bilan.  (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.