Banque - Royaume-Uni, 2021
Banque - Royaume-Uni, 2021
Banque - Royaume-Uni, 2021 ©Getty - Craig Hastings
Banque - Royaume-Uni, 2021 ©Getty - Craig Hastings
Banque - Royaume-Uni, 2021 ©Getty - Craig Hastings
Publicité
Résumé

À entendre les représentants du secteur bancaire, ils croulent sous des tonnes de réglementations qui brident leur activité et nuisent à leur performance. Mais pourquoi donc les banques sont-elles réglementées ?

En savoir plus

  Si les banques sont réglementées, c’est d’abord par souci de protéger les gens qui y déposent leur argent. Avoir un compte de dépôt n’est pas un choix de placement – pour preuve, les comptes courants ne sont pas rémunérés - c’est en revanche, une nécessité économique. Avoir un compte bancaire est indispensable pour toucher son salaire, effectuer des paiements, payer ses impôts, etc. 

Un déposant sur un compte n’est pas un créancier ordinaire

Vos dépôts d’argent sur votre compte courant, font de vous, de facto, un créancier de votre banque – c’est-à-dire que votre banque vous doit cet argent - sans pour autant que vous ayez véritablement choisi de le devenir, comme on devient créancier, quand on investit dans un titre d’entreprise. En clair, un déposant n’est pas un créancier ordinaire. Il y aurait certes fort à dire sur les créanciers ordinaires des banques, c’est-à-dire outre leurs actionnaires, ceux qui ont investi dans des titres émis par les banques sur les marchés financiers. Il n'est pas sûr qu’ils contrôlent plus la banque que les déposants. Ils peuvent vite devenir aveugles aux risques, quand ce sont les pouvoirs publics plutôt qu’eux, qui viennent systématiquement renflouer des banques en cas de problème.

Publicité

Quoi qu’il en soit, concernant les déposants, si l’on convient qu’ils ne sont pas en mesure de contrôler leur banque, parce qu’en moyenne ils pèsent peu financièrement, qu’ils n’ont ni l’information nécessaire, ni même la capacité de la traiter, et surtout parce qu’ils ne sont pas du tout coordonnés pour exercer un contrôle, alors on convient aussi que les pouvoirs publics doivent les protéger, en veillant à ce que la banque ne s’expose pas par ses activités à un risque trop élevé de pertes qui compromettraient sa capacité à restituer l’argent déposé. D’ailleurs, mieux vaut protéger les déposants, que les laisser paniquer en cas de problème. Sinon, ils se rueraient aux guichets, comme cela arrivait quand la garantie des dépôts n’existait pas.  (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant dans le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.