Les investisseurs peuvent-ils être responsables ?
Les investisseurs peuvent-ils être responsables ?
Les investisseurs peuvent-ils être responsables ? ©Getty - Sarayut Thaneerat
Les investisseurs peuvent-ils être responsables ? ©Getty - Sarayut Thaneerat
Les investisseurs peuvent-ils être responsables ? ©Getty - Sarayut Thaneerat
Publicité
Résumé

Les banques centrales parlent de plus en plus du climat mais agissent encore trop peu.

En savoir plus

L’investissement socialement responsable – l’ISR – est à la mode ! C’est une pratique consistant à effectuer des choix de placement en fonction non pas seulement de ce que ça rapporte relativement au risque de perte en capital, mais en prenant en compte des critères extra-financiers : environnementaux (E), sociaux (S), et de gouvernance (G), ESG donc.

De plus en plus de professionnels de la finance déclarent faire évoluer leur gestion dans le sens de l'investissement socialement responsable, aidés par une pléthore de labels ou finance verte

S’il s’agit par exemple de composer un portefeuille d’actions et/ou d’obligations d’entreprises, cela reviendra à choisir les titres en regardant aussi l’impact environnemental de l’entreprise émettrice, les conditions de travail de ses salariés, de ses fournisseurs et sous-traitants, la parité femmes-hommes et la diversité ethnique à tous les échelons, etc.

Publicité

De plus en plus de professionnels de la finance (fonds d’investissement, gestionnaires d’actifs, …) déclarent faire évoluer leur gestion dans ce sens, aidés par une pléthore de labels ISR ou finance verte, qui leur permet de coller l’étiquette qui va bien sur leur offre de produits de placement.

L’ISR va de pair avec la RSE pour "responsabilité sociétale des entreprises"

Historiquement, cette pratique d’investissement sélective remonte aux Quakers Nord-américains qui, dans les années 1920, refusaient d’investir dans les valeurs du péché (jeux, alcool, tabac, sexe). Les critères religieux, éthiques ou moraux ont évolué vers une responsabilité sociétale censée infuser dans la gouvernance des entreprises. L’ISR va de pair avec – attention autre acronyme – la RSE pour "responsabilité sociétale des entreprises". Milton Friedman n’en croirait pas ses oreilles, lui qui déclarait dans The New York Times Magazine en 1970 – à l’époque regrettée des boomers, que "la responsabilité sociale des entreprises est de faire des profits (…), ses seules responsabilités sociales sont les revenus fiduciaires qu’elle procure à ses propriétaires. Le travail d’un dirigeant est de faire de l’argent, d’atteindre ou de battre l’indice de référence du marché". Les temps auraient-ils changé ? (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant dans le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.