Crayon cassé dû au stress du calcul
Crayon cassé dû au stress du calcul
Crayon cassé dû au stress du calcul ©Getty - Peter Dazeley
Crayon cassé dû au stress du calcul ©Getty - Peter Dazeley
Crayon cassé dû au stress du calcul ©Getty - Peter Dazeley
Publicité
Résumé

Savez-vous ce qu'est le revenu primaire et comment il est réparti dans la population ?

En savoir plus

En France, le revenu primaire, autrement dit, l’ensemble des revenus du travail et du capital, est réparti de manière très inégale dans la population : en 2018, les 10 % les plus aisés recevaient 31,5 % du revenu national tandis que les 10 % les plus modestes en recevaient 2,4 % soit treize fois moins que les 10 % les plus aisés. Le système socio-fiscal organise une redistribution de ce revenu primaire, en versant des prestations et en prélevant des impôts. Quelle est l’ampleur de celle-ci ?

Traditionnellement, on calcule la redistribution en comptabilisant les transferts monétaires directs, c’est-à-dire, d’un côté, les prélèvements comme l’impôt sur le revenu et le patrimoine, la contribution sociale généralisée et les cotisations sociales, et de l’autre, les prestations sociales monétaires (comme les prestations familiales et les minima sociaux), les retraites et l’assurance chômage.

Publicité

Le revenu disponible, obtenu après ajout des transferts monétaires et soustraction des prélèvements, est mieux réparti que le revenu primaire : les 10 % les plus aisés disposent alors d’un niveau de vie seulement 7 fois plus élevé que celui des 10 % les plus modestes. Dans cette approche, un tiers des individus reçoivent en prestations plus qu’ils ne payent en prélèvements.

Dans une publication récente, un groupe de travail piloté par l’INSEE a souhaité adopter une perspective élargie visant à prendre également en compte l’effet des transferts sociaux en nature (santé, éducation, action sociale, logement) et des services publics non individualisables (comme ceux assurés par la police ou la justice). Dans cette perspective dite de redistribution élargie, on ajoute dans la colonne "moins" les taxes sur les produits et la production et du côté des "plus" les transferts en nature et les dépenses de consommation collective. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.