Pourquoi en incertitude radicale notre passé ne nous dit rien sur notre avenir ?

Connexion satellite autour de la Terre
Connexion satellite autour de la Terre ©Getty - Andriy Onufriyenko
Connexion satellite autour de la Terre ©Getty - Andriy Onufriyenko
Connexion satellite autour de la Terre ©Getty - Andriy Onufriyenko
Publicité

Crise financière systémique, pandémie mondiale, évènements météorologiques extrêmes, nous avons tous ce sentiment que nous sommes entrés dans une nouvelle ère où le passé ne sera pas forcément le point d’ancrage pour penser, gérer et affronter le futur

Nous sommes entrés dans le monde de l’incertitude radicale, avec des épisodes extrêmes qui ne relèvent pas du risque, au sens économique usuel du terme, mais bien de l’incertitude radicale. 

Quelle est donc la différence entre le risque et l’incertitude radicale ?

L’approche traditionnelle de la gestion du risque est tournée vers le passé car elle repose sur des données historiques. C’est évident en finance. La détermination des prix des actifs financiers, ce que l’on appelle le pricing, se fonde sur les distributions de probabilités des risques et rendements censées fournir des informations fiables sur le futur. Les choix financiers se font sur cette base. 

Publicité

Les acteurs de la finance banques ou gestionnaires d’actifs évaluent donc les risques à partir de l’analyse des données historiques mais il n’y a pas que les acteurs privés qui considèrent que le futur peut être appréhendé à partir du passé. Les pouvoirs publics font de même puisque la réglementation prudentielle prend également appui sur ces mesures de risque calculées à partir des données historiques.

Nous changeons de monde avec l’incertitude radicale c’est-à-dire en reconnaissant qu’il y a des évènements, des contextes, des transformations socioéconomiques sans précédent historique

Ou alors, un précédent si lointain qu’il n’apparait plus dans les séries statistiques. Il est alors impossible de calculer des fréquences. L’outil statistique devient impuissant. Nos mesures, nos méthodes de quantification c’est à dire nos méthodes de production de chiffres sur la base desquels nous prenons les décisions économiques perdent alors leur pertinence. Les régularités du passé ne peuvent plus guider nos actions. (…)

Extrait de la chronique à écouter en intégralité dans cette page.

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

L'équipe