Vue aérienne de containers dans un port, Shenzhen, Chine ©Getty - Yinwei Liu
Vue aérienne de containers dans un port, Shenzhen, Chine ©Getty - Yinwei Liu
Vue aérienne de containers dans un port, Shenzhen, Chine ©Getty - Yinwei Liu
Publicité
Résumé

La France a enregistré un déficit commercial record de 84,7 milliards d’euros en 2021. C’est son plus mauvais résultat depuis 50 ans. Comment expliquer une telle contreperformance ?

En savoir plus

La balance commerciale est la différence entre la valeur des biens exportés et importés par un pays. C’est une des composantes majeures de la balance des paiements qui constitue un relevé statistique de toutes les opérations d’une économie avec le reste du monde. Au-delà des échanges de biens, la balance des paiements prend aussi en compte les échanges de services, les transferts de revenus, mais aussi de propriété, de capitaux et d’actifs non produits et non financiers tels que les brevets.

Un déficit record en au moins trois explications

Dans leur rapport annuel, les douanes donnent au moins trois explications à ce déficit record : la hausse des prix de l’énergie a creusé un trou de près de 18 milliards sur un an ; en dehors de l’énergie, nos importations augmentent plus vite que la demande intérieure que ce soit au niveau des ménages ou des entreprises. Un phénomène qui peut s’expliquer en partie par la crise sanitaire qui a modifié la structure de consommation des ménages. On a en effet observé un report des dépenses de services sur lesquels ont fortement pesé les restrictions vers des équipements et des produits technologiques majoritairement importés, selon Mathieu Plane, économiste à l’OFCE ; enfin, on observe une perte de part de marché à l’exportation.

Publicité

"Il va sans dire que la pandémie a lourdement affecté plusieurs de nos secteurs clés à l’exportation"

Ce phénomène n’est pas nouveau. Les parts de marché de la France au niveau mondial ont fondu de moitié entre 1990 et 2019. Il va sans dire que la pandémie a lourdement affecté plusieurs de nos secteurs clés à l’exportation : l’aéronautique notamment, et dans les services, le tourisme, qui restent à des niveaux bien inférieurs à ceux d’avant la crise.

Face à ces constats, le manque de compétitivité de la France est constamment incriminé. Mais force est de constater que la France a accordé aux entreprises 60 milliards d’euros d’allègements fiscaux et sociaux depuis 2013, sans parvenir à changer la donne. (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.