Des hauts et des bas ©Getty - Sean GLADWELL
Des hauts et des bas ©Getty - Sean GLADWELL
Des hauts et des bas ©Getty - Sean GLADWELL
Publicité
Résumé

La finance passe par des hauts et des bas d’une ampleur bien plus grande que ceux du cycle économique. C’est de ce mouvement cyclique que résultent les crises financières. Celles-ci ne tombent pas du ciel !

En savoir plus

Les activités bancaires, boursières, disons financières, passent par des hauts et des bas - comme l’économie, vous demandez-vous ? Beaucoup plus en fait ! Représentez-vous une succession de vagues, chacune caractérisée par une montée, un point de retournement et un repli. Ces vagues dessinent un cycle. Celles du cycle économique vont du pic au creux en 5 à 7 ans, celles du cycle financier, peuvent s’étirer sur 16 à 20 ans et monter très haut avant de se replier. Elles sont beaucoup plus amples, avec un grand écart du pic au creux.

Au cours des deux décennies qui ont précédé la crise financière de 2007-2008, le cycle financier a pris de l’ampleur, dans un contexte de libéralisation financière, de mondialisation commerciale et aussi parce que les banques centrales n’entendaient réagir qu’à l’inflation et pas aux emballements financiers. 

Publicité

La finance, dans le sens du cycle économique

Ce cycle financier se nourrit de celui de l’activité économique dans sa phase ascendante et l’amplifie, autant qu’il peut l’entraîner dans sa chute, l’approfondir ou causer une récession : on dit de la finance qu’elle est procyclique, c’est-à-dire qu’elle va dans le sens du cycle économique et l’amplifie (…)  

L'intégralité de la chronique est à écouter en cliquant dans le haut de la page.

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.