Une tirelire potelée en équilibre sur un doigt et sur un doux fond rose
Une tirelire potelée en équilibre sur un doigt et sur un doux fond rose
Une tirelire potelée en équilibre sur un doigt et sur un doux fond rose ©Getty - We Are
Une tirelire potelée en équilibre sur un doigt et sur un doux fond rose ©Getty - We Are
Une tirelire potelée en équilibre sur un doigt et sur un doux fond rose ©Getty - We Are
Publicité
Résumé

Comment expliquer le fait que la question du pouvoir d’achat fasse ce retour régulier dans l’espace public et médiatique ?

En savoir plus

Depuis les premières révoltes des gilets jaunes en octobre 2018, la question du pouvoir d’achat fait un retour régulier dans l’espace public et médiatique. Certains ménages n’arrivent plus à joindre les deux bouts, marquant ainsi une baisse des ressources qu’ils ont pour vivre. Le revenu que les ménages ont à disposition et l’inflation sont les deux éléments qui entrent en compte pour comprendre l’évolution du pouvoir d’achat.

Le revenu et l’inflation, deux mots-clés pour comprendre  l’évolution du pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat des ménages augmente si d’un côté leur revenu disponible augmente. Ce revenu comprend leurs revenus d’activité, les indemnités de chômage s’ils en perçoivent, les revenus fonciers, c’est-à-dire liés à des éventuelles acquisitions immobilières, les retraites et les pensions, et les prestations sociales (par exemple les allocations familiales, logement, et les minima sociaux). De ces revenus il faut ensuite encore déduire l’impôt sur le revenu pour obtenir le revenu dit vraiment disponible. L’évolution du revenu disponible est importante dans la perception que les gens ont de leur pouvoir d’achat. Il faut aussi tenir compte de l’inflation car l’inflation érode, diminue, là aussi toutes choses égales par ailleurs, le pouvoir d’achat du revenu.

Publicité

C’est donc avec les statistiques du revenu et de l’inflation qu’est calculé le pouvoir d’achat. Sur les cinq dernières années 2017-2021, le pouvoir d’achat des ménages a progressé de 7,7% selon l’Insee. Cela signifie une augmentation de moins de 1,5% par an du pouvoir d’achat. Mais si l’on tient compte du fait que les ménages sont de taille différente, l’OFCE table plutôt sur environ 1% d’augmentation annuelle du pouvoir d’achat.  Mais cette estimation masque des situations très différentes selon les classes sociales. Il va de soi que les ouvriers, les cadres, ou encore les employées de maison n’ont pas bénéficié des mêmes augmentations de revenu. Sur la période 2017/2019 par exemple, le niveau de vie moyen des 10% les plus riches était 7 fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.