Concernés, toutes générations confondues !
Concernés, toutes générations confondues ! ©Getty - Emmanuel Lavigne / EyeEm
Concernés, toutes générations confondues ! ©Getty - Emmanuel Lavigne / EyeEm
Concernés, toutes générations confondues ! ©Getty - Emmanuel Lavigne / EyeEm
Publicité

Pourquoi utilisons-nous le terme "tragédie des horizons" à propos des politiques de lutte contre le réchauffement climatique ?

La tragédie est un genre théâtral dans lequel la fin funeste semble inéluctable en dépit des actions des personnages pour tenter de l’éviter. Dès lors, pourquoi utiliser le terme tragédie des horizons à propos des politiques de lutte contre le réchauffement climatique ? Nous connaissons les causes du réchauffement climatique, et donc nous savons comment lutter contre celui-ci. Fort de cette connaissance rien ne devrait être inéluctable. Pourtant, l’expression "tragédie des horizons" est particulièrement bien choisie pour désigner les forces qui poussent les décideurs publics à ne pas agir suffisamment dans ce domaine, et qui nous mènent donc vers une fin funeste annoncée.

Quels sont les ressorts de cette tragédie des horizons ?

Les coûts d’une politique climatique ambitieuse sont considérables. Les investissements publics requis sont de l’ordre de 3% à 4% du PIB chaque année, avec des écarts entre les pays, selon leur situation, et cela sur une période pouvant aller jusqu’à 30 ans. Au-delà de ces investissements publics massifs, la transition écologique nécessite également des modifications drastiques de nos modes de production notamment agricoles, de nos consommations, de nos mobilités et de notre alimentation. Elle implique également des coûts de reconversion professionnelle pour ceux qui travaillent dans les secteurs très carbonés.

Publicité

Tous ces coûts, qu’ils soient financiers ou qu’ils soient liés à une plus grande sobriété, sont subis par les populations actuelles alors que les bénéfices de ces efforts, du fait de l’inertie du système climat, seront pour les générations futures. La difficulté est encore accrue par le fait qu’une politique climatique même très ambitieuse ne permet pas de promettre aux populations une amélioration du climat mais simplement une moins grande détérioration de celui-ci par rapport à ce qui se passerait si l’on ne fait rien.  On comprend bien dès lors le caractère tragique de la situation pour les générations futures, car ce sont ceux qui subissent les coûts aujourd’hui dans leur mode et niveau de vie qui sont les électeurs de nos décideurs politiques. Or, l’horizon temporel des décideurs est calé sur le calendrier électoral. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art…  Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

L'équipe