Réparation d'une grue linéaire de canalisation de gaz principale
Réparation d'une grue linéaire de canalisation de gaz principale
Réparation d'une grue linéaire de canalisation de gaz principale ©Getty - Sergeï Pakulin
Réparation d'une grue linéaire de canalisation de gaz principale ©Getty - Sergeï Pakulin
Réparation d'une grue linéaire de canalisation de gaz principale ©Getty - Sergeï Pakulin
Publicité
Résumé

Un boom de production dans le secteur extractif engendre souvent le déclin de l’industrie ou de l’agriculture locales. Comment ça se passe en pratique ?

En savoir plus

Les pays dont une part importante des revenus repose sur le secteur extractif tendent à souffrir du "syndrome hollandais". Ce terme désigne une situation de déclin de l’industrie ou de l’agriculture locales engendré par l’exploitation et l’exportation de ressources naturelles. Il a été forgé en référence aux difficultés rencontrées par les Pays Bas dans les années 1960, après la découverte d’importants gisements gaziers dans la province de Groningue, puis dans le reste du territoire et en Mer du Nord. Le boom de l’exploitation de ces ressources en gaz a alimenté une hausse des recettes d’exportations qui a suscité une appréciation du florin hollandais face au dollar, pénalisant les autres activités économiques.

Comment ce mal se propage-t-il dans l’économie ?

Pour commencer, l’appréciation de la devise nationale rend les autres secteurs d’exportation industriels ou agricoles moins compétitifs sur les marchés des pays tiers. Par ailleurs, cette situation rend aussi les biens importés, moins chers, mettant à mal des pans entiers de l’économie nationale. Au-delà de l’évolution du taux de change, d’autres canaux de contagion ont été mis en lumière par W. Max Corden et J. Peter Neary (décembre 1982).

Publicité

Une hausse de la rentabilité dans le secteur extractif qu’elle soit liée à la découverte de nouvelles ressources ou à une hausse du prix de vente des ressources affecte doublement l’économie : - Le secteur extractif, qui est compétitif, augmente ses rémunérations et draine ainsi de la main-d'œuvre au détriment des autres secteurs. Toutefois le secteur extractif est désormais si automatisé que cet effet de déplacement reste assez limité.

- On observe par ailleurs un "effet revenu" avec des revenus supplémentaires à la disposition de différents agents économiques dans le pays, dont l’Etat, qui font augmenter la demande de biens, en particulier dans le secteur non exportateur et engendrent ainsi une inflation. Cette hausse des prix pénalise à nouveau les autres secteurs d’exportation moins compétitifs, et alimente une désindustrialisation (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.