Une classe d'étudiants concentrés
Une classe d'étudiants concentrés
Une classe d'étudiants concentrés ©Getty - Tom Werner
Une classe d'étudiants concentrés ©Getty - Tom Werner
Une classe d'étudiants concentrés ©Getty - Tom Werner
Publicité
Résumé

Est-ce que le fait de suivre des études en économie modifie les valeurs ou le comportement des étudiants ?

En savoir plus

Est-ce que le fait de suivre des études en économie modifie les valeurs ou le comportement des étudiants ? La question est posée dans une succession de travaux internationaux, à propos des études supérieures en sciences économiques.

Pourquoi la question se pose-t-elle ? Parce que la théorie très majoritairement enseignée à l’université relève du courant mainstream, forme plus ou moins évoluée de la microéconomie néoclassique. Or cette théorie microéconomique modélise les comportements des individus de manière très singulière. L’individu modélisé se comporte de manière totalement égoïste, il œuvre pour son intérêt très personnel, et il cherche en permanence à optimiser ses gains : le consommateur veut maximiser son plaisir dans la consommation (on appelle cela, l’utilité), et l’entrepreneur, dans le monde des affaires, veut maximiser son profit.

Publicité

Les étudiants en économie adopteraient des comportements plus égoïstes et des valeurs nettement moins altruistes

L’article de l’économiste, Nicolas Eber s’appuie sur une large littérature consacrée à cette question, et il en propose une synthèse stimulante. Les travaux, souvent issus d’expérimentations en laboratoire, ont tendance à montrer que les étudiants en économie adoptent de manière significative des comportements plus égoïstes et des valeurs nettement moins altruistes que les étudiants d’autres disciplines. Les étudiants en économie sont par exemple moins sensibles à l’égalité, ils sont plus individualistes, ils ont une meilleure opinion apriori du marché, et préfèrent, par exemple, la maximisation du profit au maintien de l’emploi.

Le constat d’une multiplicité de travaux concluant assez systématiquement à une surreprésentation de valeurs et de représentations individualistes, à une plus faible solidarité et à une plus faible coopération des étudiants en économie est d'autant plus glaçante qu’une partie des étudiants formés en sciences économiques serait amenée à exercer des postes à responsabilité dans les organisations publiques ou privées. (…)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.