Pauvre paye ! ©Getty - Peter Dazeley
Pauvre paye ! ©Getty - Peter Dazeley
Pauvre paye ! ©Getty - Peter Dazeley
Publicité
Résumé

Prend-on le risque de menacer l’emploi en augmentant le salaire minimum ? La littérature économique est moins consensuelle qu’on ne le pense : y a t-il un risque de menacer l’emploi en donnant un coup de pouce au SMIC ?

En savoir plus

Un article intitulé " Salaire minimum et emploi, histoire d’un débat ", fruit d'un travail paru dans la revue de l’IRES et publié en 2020, montre à quel point il est nécessaire, pour tenter d’y voir clair sur les effets d’une augmentation du salaire minimum sur l’emploi, de combiner à la fois l’histoire économique, l’histoire des idées et les théories. L’auteur de cet article, l’économiste et statisticien Michel Husson* rappelle qu’il revient à l’économiste Arthur Pigou au début du 20e siècle de soutenir que personne ne devrait être rémunéré au-delà de sa " productivité marginale ".  

Le salarié vaudrait ou pas son salaire en fonction de son efficacité productive

Historiquement pourtant, les États prendront progressivement leurs distances avec cette doctrine dominante, nous explique Husson. Ils établiront des premiers salaires minimums dès le début du 20è siècle. De son côté, la théorie néoclassique persistera à défendre l’idée que toute augmentation des bas salaires fait peser une forte menace de réduction de l’emploi.

Publicité

Au début des années 1990, des économistes américains vont profiter d’une augmentation significative du salaire minimum décidée par l’État du New Jersey aux États-Unis pour étudier ses conséquences réelles sur l’emploi. Ses auteurs concluront que l’emploi a fortement augmenté dans les secteurs qui ont pourtant appliqué cette hausse du salaire minimum. L’hostilité vis-à-vis de ces résultats scientifiques - qui contredisent la doctrine - sera particulièrement véhémente. L’économiste libéral James Buchanan, par exemple, s’y opposera violemment : " Heureusement, dit-il, seule une poignée d’économistes est disposée à rejeter l’enseignement de deux siècles. " 

" Nous ne sommes pas encore devenus une troupe de prostituées de bordel militaire de campagne " (James Buchanan)

Pourtant, marquées par une paupérisation du salariat notamment aux États-Unis, les années 2000 amèneront des économistes renommés et pas franchement hétérodoxes à réclamer une hausse du salaire minimum aux États-Unis. Pour eux, les augmentations du salaire minimum n’ont pas d’effet négatif sur l’emploi - certains affirmant même que ces augmentations pourraient doper la demande - mais cette question n'en continue pas moins de faire couler beaucoup d’encre… 

* Ce travail, paru dans la revue de l’IRES, a toutes les qualités de son auteur, malheureusement décédé en juillet 2021 - sa rigueur, l’amplitude de ses sources et son érudition (Florence Jany-Catrice).

L'intégralité de l'émission de Florence Jany-Catrice est à écouter dès lundi à 14h55, en cliquant ICI, et sur l'antenne de France-Culture ou sur l'application Radio-France.

Références

L'équipe

Vincent Decque
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration