Cité romaine de Pompeii, Naples, 10 janvier, 2015, Italie
Cité romaine de Pompeii, Naples, 10 janvier, 2015, Italie
Cité romaine de Pompeii, Naples, 10 janvier, 2015, Italie ©Getty - Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images
Cité romaine de Pompeii, Naples, 10 janvier, 2015, Italie ©Getty - Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images
Cité romaine de Pompeii, Naples, 10 janvier, 2015, Italie ©Getty - Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

Savez-vous que s'il vous arrive de visiter des lieux construits et abandonnés par l'homme, vous pratiquez ce qui s'appelle "l’exploration urbaine" ?

En savoir plus

Peut-être que vous ne le saviez pas, mais s'il vous arrive de visiter des lieux qui ont été construits puis abandonnés par l'homme, vous pouvez affirmer que vous pratiquez "l’exploration urbaine". Et si vous voulez montrer à votre interlocuteur que vous êtes un initié, n'hésitez pas à remplacer l'expression, exploration urbaine par le mot urbex, qui vient de l'anglais, urban exploration.

Depuis une vingtaine d'années, cette pratique a suscité un tel engouement que les "urbexeurs" développent aujourd'hui des activités très diversifiées

Au départ, il s'agissait surtout d'une nouvelle forme de loisir inscrite dans une logique de type patrimonial. Mais depuis une vingtaine d'années, cette pratique a suscité un tel engouement que les explorateurs urbains, qu'on appelle parfois les “urbexeurs”, développent aujourd'hui des activités très diversifiées. Les plus téméraires ont acquis une forte notoriété en diffusant sur les réseaux sociaux des vidéos illustrant leurs exploits. C'est le cas des nouvelles pratiques sportives spectaculaires - comme le parkour (avec un K) - qui consistent à escalader des murs ou à surfer sur des toits d'immeubles sur un skateboard.

Publicité

L'Urbex se transforme dans certains lieux en un "tourisme de ruine"

Parmi tous ces explorateurs urbains, certains se sont spécialisés dans la visite de lieux cachés ou difficiles d'accès, tels que des manoirs, des usines désaffectées, des hôpitaux, etc. D'autres préfèrent arpenter des endroits explicitement interdits comme des tunnels de métro ou des catacombes. L'engouement est tel qu'aujourd'hui l'Urbex se transforme dans certains lieux en un "tourisme de ruine" exploité par des tours operators qui prennent en charge la visite de lieux abandonnés.

Les formes nouvelles prises par l'exploration urbaine ne doivent pas nous faire oublier qu'il s'agit d'une activité pratiquée par l'homme depuis des siècles. N'oublions pas que les ruines de Pompéi fascinaient déjà les Romantiques (...).

58 min

L'intégralité de la chronique est à écouter en cliquant dans le haut de la page.

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

Références

L'équipe

Gérard Noiriel
Production
Laurence Millet
Réalisation
Milena Aellig
Réalisation
Corinne Amar
Collaboration