Vive le droit des femmes !
Vive le droit des femmes ! ©Getty - Chris Madden
Vive le droit des femmes ! ©Getty - Chris Madden
Vive le droit des femmes ! ©Getty - Chris Madden
Publicité

Dans le film de Jean Renoir qui s'intitule "La vie est à nous", tourné à l'initiative du Parti communiste français, on y voit des militants, comme Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, qui jouent leur propre rôle. Parmi ces figures, celle d'une femme, Martha Desrumaux

       Née en 1897, dans la petite ville de Comines, à la frontière franco-belge, Martha Desrumaux était est la sixième d’une famille modeste de sept enfants.  Elle quitte l'école à l'âge de 9 ans, suite au décès de son père, pour aller travailler au déchargement des betteraves, puis elle est placée comme bonne d'enfants dans une famille bourgeoise. Quelques mois plus tard, elle débute sa carrière ouvrière dans une usine textile de sa ville natale.

"A l'âge de 13 ans, Martha Desrumaux adhère à la CGT, puis deux ans plus tard, aux Jeunesses socialistes. Évacuée à Lyon durant la Grande Guerre, c'est dans une usine textile de la région qu'elle organise sa première grève"

       Elle adhère au Parti Communiste en 1921 en s'impliquant farouchement dans les combats de l'époque : antimilitarisme, anticolonialisme et antifascisme. Le Président de la République, Gaston Doumergue, entend parler d'elle en 1925, lorsqu'elle lui adresse un télégramme dénonçant la guerre coloniale au Maroc. Première femme élue au comité central du PCF à la fin des années 1920, elle crée le journal L'Ouvrière, un organe luttant pour la défense des droits des femmes au travail. (…)

Publicité

Un extrait de la chronique à écouter en intégralité dans cette page

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

L'équipe

Gérard Noiriel
Production
Corinne Amar
Collaboration