Symon Petlioura (1920), président de la République populaire ukrainienne, 11 fév.1919 - 12 oct. 1920.
Symon Petlioura (1920), président de la République populaire ukrainienne, 11 fév.1919 - 12 oct. 1920.
Symon Petlioura (1920), président de la République populaire ukrainienne, 11 fév.1919 - 12 oct. 1920. - Wikipédia
Symon Petlioura (1920), président de la République populaire ukrainienne, 11 fév.1919 - 12 oct. 1920. - Wikipédia
Symon Petlioura (1920), président de la République populaire ukrainienne, 11 fév.1919 - 12 oct. 1920. - Wikipédia
Publicité
Résumé

Co-fondateur du Parti révolutionnaire ukrainien, Symon Petlioura lutta, au lendemain de la révolution d'octobre 1917, pour la proclamation de l'indépendance de l'Ukraine.

En savoir plus

L'histoire de Symon Petlioura montre que les réfugiés ukrainiens n'eurent pas toujours bonne presse en France. Né le 22 mai 1879 à Poltava (une ville ukrainienne qui faisait partie de la Russie impériale), dans une famille cosaque orthodoxe, Symon Petlioura fit des études au séminaire de la ville, mais il en fut exclu en 1901, pour avoir rejoint une association d'étudiants socialistes. Peu de temps après, il fut l'un des fondateurs du Parti révolutionnaire ukrainien. Pendant plus de dix ans, il participa activement aux luttes qui aboutirent à la proclamation de l'indépendance totale de l'Ukraine, au lendemain de la révolution d'octobre 1917.

Symon Petlioura quitta définitivement son pays pour s'installer à Paris. Il put ainsi poursuivre son combat pour l'indépendance de l'Ukraine en éditant, sous divers pseudonymes, plusieurs journaux

Symon Petlioura joua un rôle majeur dans la formation d'une armée ukrainienne qui combattit à la fois les Bolcheviks et l'Armée blanche. Vaincus à la fin de l'année 1920, les dirigeants de la République populaire ukrainienne furent contraints à l'exil. Symon Petlioura quitta définitivement son pays à ce moment-là pour s'installer finalement à Paris. Il put ainsi poursuivre son combat pour l'indépendance de l'Ukraine en éditant, sous divers pseudonymes, plusieurs journaux et magazines. Mais il fut assassiné le 25 mai 1926, victime d'un attentat commis par un anarchiste juif nommé Samuel Schwartzbard. Ce dernier justifia son acte en affirmant qu'il avait voulu venger ses coreligionnaires d'Ukraine, exterminés lors des pogroms qu'avait lancés, selon lui, Simon Petlioura en 1919.

Publicité

L'antisémitisme endémique qui existait dans les campagnes ukrainiennes fut en effet considérablement aggravé dans le contexte chaotique de la guerre

Le procès de Schwartzbard eut lieu en octobre 1927 et fut largement relayé par la presse de l'époque. La gauche s'engagea fermement dans la défense de l'accusé. Le journaliste Bernard Lecache, qui était lui-même fils d'un réfugié ukrainien, publia dans la presse les résultats d'une enquête qui révéla à l'opinion publique française, l'ampleur des massacres dont avaient été victimes les juifs d'Ukraine pendant la guerre civile. L'antisémitisme endémique qui existait dans les campagnes ukrainiennes fut en effet considérablement aggravé dans le contexte chaotique de la guerre. Au total, on estime que de 60 000 à 120 000 Juifs furent assassinés en Ukraine, à ce moment-là ; 40 % de ces pogroms étant attribués à l'Armée populaire ukrainienne que dirigeait Symon Petlioura. (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.