Soldats russes sur le front de Champagne, uniforme et bottes russes, casques et masques français
Soldats russes sur le front de Champagne, uniforme et bottes russes, casques et masques français
Soldats russes sur le front de Champagne, uniforme et bottes russes, casques et masques français - Par Bundesarchiv, Bild commons.wikimedia.org
Soldats russes sur le front de Champagne, uniforme et bottes russes, casques et masques français - Par Bundesarchiv, Bild commons.wikimedia.org
Soldats russes sur le front de Champagne, uniforme et bottes russes, casques et masques français - Par Bundesarchiv, Bild commons.wikimedia.org
Publicité
Résumé

A la fin de l'année 1915, dix mille soldats russes rejoignaient les troupes françaises et participaient aux combats de l'hiver 1916-1917, en Champagne. Quand survint le début de la révolution russe, ils demandaient à repartir.

En savoir plus

La Courtine 1917 est une association d’éducation populaire qui publie une revue et organise des conférences pour faire connaître au peuple français l'histoire tragique du Corps expéditionnaire russe en France (CERF), pendant la Première Guerre mondiale.

A la fin de l'année 1915, quatre brigades de dix mille soldats russes rejoignirent les troupes françaises, deux en France et les deux autres sur le front d'orient à Salonique. Ces soldats participèrent aux combats de l'hiver 1916-1917, en Champagne. C'est là qu'ils apprirent le déclenchement de la première révolution russe.

Publicité

Des comités de soldats, "soviets", se formèrent au sein des bataillons russes, qui exigèrent leur rapatriement en Russie, afin de pouvoir participer au mouvement révolutionnaire

En avril 17, lorsque se prépara l'offensive du général Nivelle sur le plateau du Chemin des dames, des comités de soldats qu'on appelait en russe des "soviets", se formèrent au sein des bataillons russes. Ils exigeaient leur rapatriement en Russie afin de pouvoir participer au mouvement révolutionnaire. Le 16 avril, ils acceptèrent néanmoins de participer à la première offensive Nivelle, en espérant que celle-ci était la dernière pour eux. Au cours des quatre jours de combat, 6 000 soldats russes (sur les quelque 20 000 hommes engagés) furent tués ou portés disparus. Ce bilan très lourd conforta la volonté des survivants de retourner en Russie. C'est le refus des autorités françaises, qui déclencha les premières rébellions (...)

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" ; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.