Vrai ou faux ? Concept de la prise de décision ©Getty - Boris Zhitkov
Vrai ou faux ? Concept de la prise de décision ©Getty - Boris Zhitkov
Vrai ou faux ? Concept de la prise de décision ©Getty - Boris Zhitkov
Publicité
Résumé

Depuis quelques années, l'expression "fake news" s'est imposée dans notre langage public. Avec le développement des réseaux sociaux, les "fausses nouvelles" se diffusent à une vitesse extraordinaire, ce qui suscite l'inquiétude des gens qui croient encore que la vérité est un bien à défendre

En savoir plus

   Les historiens ont montré que l'invention et la diffusion des fausses nouvelles n'étaient pas une nouveauté. On retrouve tout au long de l’Histoire, ce genre de prose qui prétend révéler des secrets, en jouant  sur la naïveté du public. 

Un seul exemple : celui des fausses nouvelles à Paris, au XVIIIe  siècle. Étant donné la censure qu'imposait alors le pouvoir monarchique, les informations diffusées en France venaient le plus souvent d'Amsterdam. Elles étaient ensuite retranscrites par des nouvellistes  anonymes qui informaient ainsi le peuple de Paris des véritables  événements qui s 'étaient produits dans le pays, en y ajoutant des  anecdotes et des rumeurs, souvent de fausses nouvelles. 

Publicité

Comme l'a montré l'historienne, Arlette Farge,  les informations publiées dans ces  gazettes, qu'on appelait "les nouvelles à la main", parce qu'elles  circulaient de main en main, se propageaient au sein du peuple de Paris, dans la rue, grâce au bouche-à-oreille. Elles jouèrent un rôle essentiel dans la construction initiale d'une opinion publique, élargie à la fraction urbaine des classes populaires, de plus en plus hostile à la  monarchie. 

Les fausses nouvelles contribuèrent ainsi à la  mobilisation collective qui déboucha sur la Révolution de 1789

Le  peuple raffolait des anecdotes dévoilant les petits secrets des Grands du Royaume. Les calomnies diffusées dans les nouvelles à la main contribuèrent, notamment, à l'impopularité de Marie-Antoinette, qui se solda finalement par sa mise à mort. (...) 

Cette chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant ICI, dès mercredi à 9:55, ou du lundi au vendredi à 9:55 ou encore sur l'application de Radio-France

Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment"; les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser