Michel Foucault, entre Jean-Paul Sartre et Andre Gluksmann, lors d''une manifestation (1er janv. 1969)
Michel Foucault, entre Jean-Paul Sartre et Andre Gluksmann, lors d''une manifestation (1er janv. 1969) ©Getty - Gérard Aime - Collection : Gamma-Rapho
Michel Foucault, entre Jean-Paul Sartre et Andre Gluksmann, lors d''une manifestation (1er janv. 1969) ©Getty - Gérard Aime - Collection : Gamma-Rapho
Michel Foucault, entre Jean-Paul Sartre et Andre Gluksmann, lors d''une manifestation (1er janv. 1969) ©Getty - Gérard Aime - Collection : Gamma-Rapho
Publicité

Le polémiste n'est-il pas celui qui avance "bardé de privilèges qu'il détient d'avance et que jamais il n'accepte de remettre en question" ?

"J'aime discuter et aux questions qu'on me pose je tâche de répondre. Je n'aime pas, c'est vrai, participer à des polémiques. Si j'ouvre un livre où l'auteur taxe un adversaire de "gauchiste puéril", aussitôt je le referme. Ces manières de faire ne sont pas les miennes ; je n'appartiens pas au monde de ceux qui en usent. À cette différence, je tiens comme à une chose essentielle : il y va de toute une morale, celle qui concerne la recherche de la vérité et la relation à l'autre". Cet extrait d'un texte de Michel Foucault intitulé Polémique, politique et problématisations est paru en 1984, il y a près de 40 ans, mais il semble toujours d'une grande actualité.

Michel Foucault est un philosophe qui a profondément renouvelé nos connaissances sur l'histoire de la folie, de la prison et du pouvoir. Il a été aussi l'un des intellectuels français les plus fermement engagés pour défendre les causes qui lui tenaient à cœur. Pourtant, il n'a jamais confondu l'action politique et la réflexion savante. Le passage cité plus haut est une réponse aux intellectuels communistes qui lui reprochaient son engagement aux côtés des militants d'extrême gauche dans les années 1970. Mais les intellectuels d'extrême gauche s'étaient eux aussi attaqués à Foucault quelques années plus tôt. En 1966, Jean-Paul Sartre avait critiqué son ouvrage intitulé Les Mots et les choses en disant que c'était " le dernier barrage que la bourgeoisie puisse encore dresser contre Marx".

Publicité

"Gauchiste puéril", "complice de la bourgeoisie", nous avons là deux exemples de propos tenus par des gens appartenant à des camps politiques opposés, mais qui parlaient le même langage, celui du polémiste. Il s'avance, ajoutait Foucault, "bardé de privilèges qu'il détient d'avance et que jamais il n'accepte de remettre en question. Il possède, par principe, les droits qui l'autorisent à la guerre et qui font de cette lutte une entreprise juste ; il n'a pas en face de lui un partenaire dans la recherche de la vérité, mais un adversaire, un ennemi qui a tort, qui est nuisible et dont l'existence même constitue une menace". Foucault n'ignorait pas que la polémique était une dimension constitutive du champ politique (...)

Bibliographie

Michel Foucault, Polémique, politique et problématisations, dans Dits et écrits, tome 4, Paris, Gallimard, 1994 (1984).

La chronique est à écouter dans son intégralité en cliquant sur le haut de la page. Histoire, économie, sciences, philosophie, histoire de l'art… Écoutez et abonnez-vous à la collection de podcasts "Le Pourquoi du comment" les meilleurs experts répondent à toutes les questions que vous n'osez poser.

L'équipe